L’avenir de la gouvernance mondiale et le Congrès de la Terre

L’avenir de la gouvernance mondiale

et le Congrès de la Terre

Emanuel Pastreich

Candidat indépendant

pour le poste de

Président des États-Unis

14 juin 2020

On nous a donné un choix sans espoir, et ce n’est pas un hasard.

Le monde est tiré par des forces cachées, par le transfert d’argent d’une banque à l’autre, par le transfert d’informations, de photographies et de textes échangés entre les monopoles médiatiques, les banques et les sociétés de relations publiques et de conseil qui servent les milliardaires et font passer leurs stratagèmes les plus cyniques pour de l’humanitarisme.

Le monde fusionne alors que la richesse et le pouvoir se concentrent entre les mains de quelques-uns. L’information transmise aux travailleurs est de plus en plus banale et insignifiante. Si nous voulons répondre aux questions internationales, nous sommes obligés de travailler avec ces nouveaux pouvoirs, de nous incliner devant ces faux dieux, les seigneurs autoproclamés des affaires mondiales.

Nous sommes piétinés par un mondialisme impitoyable qui contrôle tout l’argent, produit tout ce dont nous avons besoin pour vivre et essaie même de contrôler nos esprits par le biais de messages sur les sites sociaux des réseaux qui nous réduisent à des animaux instinctifs répondant à des images suggestives. Mais l’alternative antimondialiste qui nous est présentée consiste en des groupes racistes et isolationnistes, des groupes qui utilisent la violence et une rhétorique profondément dérangeante. Ces groupes sont de plus en plus puissants, mais ils ne s’intéressent pas à la vérité, mais font plutôt un appel tout aussi trompeur aux émotions du travailleur frustré.

Ces groupes ne veulent pas une réforme des institutions mondiales, mais leur démembrement complet. Ils n’offrent aucune solution au changement climatique ou à la domination de la société par la technologie – dans la plupart des cas, ils ignorent totalement ces menaces.

Nous pouvons aussi nous tourner vers les institutions mondiales qui ont des objectifs visionnaires, comme les Nations unies ou l’Organisation mondiale de la santé, pour obtenir des conseils.

Je suis ému lorsque je lis les mots inspirants de la Constitution de l’UNESCO (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) : “Que les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix.”

Mais, bien que ces institutions internationalistes comme l’UNESCO conservent quelques miettes de leur noble passé, elles sont devenues si infestées par l’argent des entreprises, direct ou indirect, que leurs priorités sont dictées par des milliardaires comme Bill Gates qui font la promotion de leur propre argent – faisant des programmes sous le faux drapeau de la charité.

Face à ce choix impossible, la plupart d’entre nous qui avons le temps, l’éducation et la motivation pour essayer de répondre à la mondialisation ne savent pas vers qui se tourner pour obtenir de l’aide. Beaucoup ont tout simplement abandonné. Les banques d’investissement ne pourraient pas être plus heureuses de ce résultat.

Il existe une différence essentielle entre la tendance à la mondialisation qui domine les activités commerciales et financières et la vision inspirante de l’internationalisme, le rassemblement des citoyens de la Terre pour une gouvernance éclairée et éthique, et tout ce qui a conduit à la fondation des Nations unies et d’autres organisations internationales destinées à résoudre les problèmes communs de l’humanité.

La mondialisation rassemble des personnes, souvent extrêmement brillantes, à la recherche du profit par le biais du commerce et du développement technologique. L’hypothèse de la mondialisation est que les décisions des banques et des multinationales aideront les gens ordinaires et que la croissance et la consommation apporteront le bonheur à tous. Mais les entreprises ne peuvent mesurer le succès qu’en termes de profits et, bien qu’elles puissent utiliser une partie de ces profits pour aider les pauvres, leur motivation est exploitée.

Nous devons revenir à la tradition d’un internationalisme courageux et sans peur et forger une alternative au mondialisme qui ne soit ni isolationniste ni fondée sur l’identité ethnique.

Pensez à la destruction actuelle de la jungle amazonienne par le régime du président brésilien Jair Bolsonaro. Les actions actuelles, désormais ignorées par les médias, menacent de mettre fin à la civilisation et de condamner notre jeunesse à une planète stérile. Nous ne pouvons rien faire. Nos institutions internationales sont impuissantes.

L’Amazonie est en train d’être abattue et, à sa place, l’énorme entreprise Amazon étend ses vrilles pour prendre le contrôle de l’économie mondiale. La jungle qui purifie notre air est coupée et brûlée et une jungle numérique qui étouffe la liberté économique s’épanouit.

Nous avons besoin d’un système qui puisse identifier les problèmes mondiaux et coordonner une réponse au niveau local. Les Nations unies peuvent faire des déclarations. Des intellectuels de renom peuvent écrire des éditoriaux. Les ONG peuvent organiser des manifestations et laisser les citoyens signer des pétitions. Mais il n’y a pas d’effort coordonné pour bloquer la campagne criminelle visant à détruire notre avenir.

Une forme progressive de changement de régime à l’échelle mondiale (par opposition aux escroqueries au changement de régime menées par les entreprises) est un objectif tout à fait approprié que les citoyens doivent poursuivre.

N’oubliez pas les milliers de jeunes du monde entier qui sont allés en Espagne dans les années 1930 pour lutter contre le régime fasciste de Franco. Dans ce contexte, le mot “changement de régime” n’était pas honteux et n’aurait pas dû l’être.

Il n’y avait pas non plus de honte à utiliser la force pour combattre les gouvernements fascistes qui s’apprêtaient à massacrer la majorité de l’humanité dans une quête impitoyable d'”espace vital”. Il n’y avait vraiment pas le choix.

Nous ne pouvons pas ignorer le besoin urgent de transformer la gouvernance de notre Terre et cela nécessitera plus que la simple signature de pétitions. Il nous faudra réinventer la gouvernance mondiale de la Terre.

La gouvernance, non pas comme un outil pour les banquiers d’affaires et les riches philanthropes, mais comme un moyen de faire face à la menace d’effondrement écologique, au militarisme et à la concentration massive des richesses.

Nous avons besoin d’une vision d’avenir qui dépasse l’économie suicidaire axée sur la consommation et une société militarisée paranoïaque, une vision qui nous incitera à tout risquer dans notre lutte contre les forces cachées qui déchirent notre monde.

Les Nations unies n’ont pas vu le jour soudainement.

Un petit groupe d’intellectuels et de militants ont risqué leur vie aux quatre coins de la planète pour lutter contre le totalitarisme et pour défendre l’internationalisme et la paix dans le monde. Ils ont fini par obtenir le soutien des gouvernements de Russie, de Chine, des États-Unis et de Grande-Bretagne, ainsi que d’autres gouvernements en exil. Ce soutien a nécessité de profonds compromis. Mais le rêve de non seulement vaincre les fascistes, mais aussi d’établir une véritable coopération internationale n’est pas mort.

Les racines des Nations unies remontent aux conventions de paix de La Haye de 1899, 1907 et 1914 (la dernière ayant été perturbée par le déclenchement de la première guerre mondiale). Ces conventions de paix ont codifié le droit international, proposé et mis en œuvre des régimes mondiaux de désarmement et promulgué des lois humanitaires pour la conduite de la diplomatie, du commerce et de la guerre, qui prévoyaient des sanctions pour les crimes de guerre. Les conventions de paix de La Haye ont été la source d’une grande partie de ce que nous considérons comme le droit international.

Les Conventions de La Haye ont conduit à la formation de la Société des Nations après la Première Guerre mondiale. Pour la première fois, la Terre disposait d’une forme de gouvernance mondiale pour contrer la gouvernance mondiale menée par les sociétés multinationales. La Société des Nations a produit des réalisations telles que le pacte Kellogg-Briand de 1928, qui a mis en place un cadre pour mettre fin à la guerre. Et les réalisations de la Société des Nations, et d’autres mouvements internationaux, ont jeté les bases des Nations Unies.

Malheureusement, les États-Unis, débordant de confiance après leur victoire dans la Seconde Guerre mondiale, n’ont pas pu résister à l’héritage d’une gouvernance mondiale exploitée, le butin de l’Empire britannique. Les élites financières américaines ayant des liens étroits avec Londres ont fini par supprimer les Américains toujours engagés dans la lutte contre le fascisme et les États-Unis ont fait de l’Union soviétique une menace, plutôt qu’un partenaire pour la paix mondiale.

La guerre froide est née et le mandat des Nations unies a été limité.

Pourtant, même après que le budget des Nations unies ait été réduit à néant sous l’administration de George W. Bush, alors même que la politique américaine s’éloignait de plus en plus du droit international sous les administrations Obama et Trump, les Nations unies restent un lieu essentiel où les citoyens peuvent demander justice et conseils.

Cependant, les Nations unies et les institutions mondiales qui leur sont affiliées se sont éloignées de leurs idéaux fondateurs. Elles sont dirigées par des bureaucrates à la retraite qui occupent des emplois aisés, et leur financement provient (directement et indirectement) de sociétés multinationales et de milliardaires dans un conflit d’intérêts flagrant.

Le changement climatique et la tendance à la guerre, l’évolution exponentielle de la technologie et son impact négatif sur l’action humaine sont des défis civilisationnels massifs qui appellent une véritable gouvernance mondiale. Pourtant, la capacité des citoyens de la Terre à travailler ensemble pour des objectifs communs reste intentionnellement limitée.

Nous souhaitons une organisation de la gouvernance mondiale qui soit responsable devant le peuple, par opposition aux institutions secrètes et intéressées qui dominent comme le G7 ou le Fonds monétaire international.

Les experts bien nourris des bureaux des Nations unies qui courent après les financements des fondations créées par les riches ne sont absolument pas préparés aux dangers réels d’effondrement économique, écologique et systémique. Les opinion sur le climat, l’économie, la santé et la géopolitique de milliardaires comme Bill Gates, Michael Bloomberg et Warren Buffett, sont plus appréciées que celles des experts éthiques ou des citoyens de la Terre.

Le problème du mondialisme n’est pas non plus celui des milliardaires. Les réseaux relient des dizaines de milliers de superordinateurs dans le monde entier qui ronronnent doucement en calculant comment maximiser les profits chaque jour, chaque minute et chaque seconde. Ces superordinateurs prennent les décisions finales pour BlackRock et Bank of America, en essayant d’évaluer la valeur monétaire de la Terre entière et d’en extraire des profits en parfait accord avec les algorithmes qui leur sont attribués, sans aucun scrupule éthique. Ces superordinateurs sont en train de devenir notre gouvernement mondial par défaut.

Et si les réseaux sociaux, les vidéos et les jeux remodèlent les réseaux neuronaux de notre cerveau, en encourageant la réflexion à court terme basée sur la dopamine, les ordinateurs vont prendre le relais.

Nous, les humains, n’avons pas complètement perdu l’esprit, mais nous avons délégué le vrai travail aux superordinateurs sans même nous en rendre compte.

Ne réformez pas les Nations unies ; transformez les Nations unies !

Les États-Unis n’ont jamais retrouvé l’engagement envers les Nations unies qu’ils avaient sous le président Franklin Roosevelt. Mon administration placera les Nations unies au centre de la diplomatie, de l’économie et de la sécurité, mais ce seront des Nations unies différentes de la coquille que nous voyons aujourd’hui. Ce sera une entité engagée en faveur du bien commun qui ne se battra pas pour les miettes que lui jettent les riches et les puissants.

Les attaques de la droite contre la gouvernance mondiale (en particulier les Nations unies) sont souvent fondées sur des faits, mais les intentions ne sont pas nobles. Les puissances cachées souhaitent privatiser le peu qu’il reste d’un système mondial qui a joué un rôle vital, quoique entravé, dans l’établissement du droit international, des réglementations et de la promotion d’une réponse scientifique aux menaces internationales.

Notre monde dangereux et instable exige de nous une réponse globale. Le terme “mondial” ne fait pas référence aux messages partagés sur Facebook, mais plutôt à un effort international coordonné par des citoyens de la Terre engagés et au moins aussi bien organisés que les banquiers et les super-riches auxquels nous sommes confrontés.

La Terre est excessivement intégrée en termes de finance, de fabrication, de distribution et de consommation pour le profit, mais nous restons de parfaits étrangers lorsqu’il s’agit de collaboration entre les intellectuels éthiques et les groupes de citoyens du monde entier.

Nous avons besoin d’un système international qui soutienne, avant tout, l’analyse scientifique rationnelle des causes des menaces auxquelles nous sommes confrontés, et qui supervise la mise en œuvre immédiate d’une réponse massive pour la Terre entière.

Le Congrès de la Terre

La situation actuelle est si grave qu’il ne suffit pas de présenter une liste de réformes au coup par coup. Ce dont nous avons besoin, c’est d’une transformation structurelle massive, et non d’un ajustement progressif, qui changera la fonction des Nations unies.

Nous devons faire des Nations unies une institution représentative bicamérale, vaguement apparentée au Congrès, afin qu’elles ne représentent plus seulement les États-nations (qui ont été déchirés par la finance mondiale), mais qu’elles représentent plutôt les citoyens de la Terre de manière démocratique.

Une telle évolution rendra aux Nations unies le mandat qu’elles avaient en 1942.

L’actuelle Assemblée des Nations unies fera office de chambre haute, l’équivalent du Sénat. Cette chambre haute, qui conservera le titre de “Nations unies”, offrira à chaque nation un représentant unique. L’actuel Conseil de sécurité sera toutefois remplacé par un président élu par tous les membres des Nations unies, qui travaillera en collaboration avec des comités permanents et ad hoc pour traiter des questions économiques, de sécurité, de bien-être et d’environnement pour la Terre.

L’autorité de la gouvernance mondiale doit cependant être transférée à un nouvel organe qui sera l’équivalent d’une chambre basse, ou “Chambre des représentants”. L’analogie est limitée dans la mesure où cette assemblée jouera le rôle central.

Cette législature, appelée ici “Congrès de la Terre”, représentera les besoins et les préoccupations des citoyens de la Terre au niveau local et fonctionnera comme une institution mondiale pour la formulation et la mise en œuvre de politiques pour la Terre entière.

Le Congrès de la Terre exercera la fonction de gouvernance mondiale qui est actuellement monopolisée par les banques d’investissement et les sociétés multinationales qui imposent secrètement leurs politiques aux États-nations.

Le Congrès de la Terre sera directement en contact avec les citoyens du monde entier, en répondant aux préoccupations des populations locales et en les informant des problèmes mondiaux de manière scientifique. Il établira un dialogue mondial pour la formulation de la politique pour la Terre entière. Le Congrès de la Terre sera de nature beaucoup plus démocratique que la plupart des États-nations actuels, même s’il s’étend sur toute la planète.

La première règle de la gouvernance mondiale est qu’il n’y a aucun rôle pour les capitaux privés, aucun rôle pour les fondations et les organisations à but non lucratif financées par les riches, dans la discussion sur l’avenir de notre Terre.

Nous avons besoin d’une analyse scientifique fondée sur un débat rigoureux et critique, nous avons besoin d’un engagement éthique profond de la part des membres du Congrès de la Terre et nous avons besoin d’imagination et de créativité pour trouver des solutions dans des endroits inattendus.

Le Congrès de la Terre, financé par des contributions locales, servira d’organisation mondiale capable d’évaluer l’impact de l’exploitation des ressources par les entreprises et de mettre définitivement un terme à ces actions. Il s’agira d’une organisation capable de passer outre les actions criminelles qui ont lieu au Brésil aujourd’hui, ou la volonté de guerre sans fin des factions du ministère américain de la défense.

Même si le Congrès de la Terre tirera pleinement parti des nouvelles technologies dans un sens positif pour faciliter la promotion d’une véritable coopération dans le monde entier, qu’il s’agisse du dialogue entre les citoyens, de la recherche commune entre les scientifiques ou de la coopération sur les questions mondiales entre les gouvernements, il ne disposera pas d’un bâtiment central où se réuniront les représentants, mais ses lieux de réunion seront répartis sur toute la Terre, ce qui permettra de coordonner la formulation et la mise en œuvre des politiques au niveau local de manière équitable pour répondre aux besoins de l’humanité.

Le Congrès de la Terre offrira aux citoyens de la Terre la possibilité de s’informer sur les problèmes critiques auxquels nous sommes confrontés et, en même temps, des possibilités de participer à la gouvernance au niveau local qui se reflètera simultanément dans les discussions politiques au niveau mondial.

Le Congrès de la Terre prendra l’initiative de formuler des stratégies qui permettront aux citoyens de travailler ensemble avec leurs pairs dans le monde entier. Le commerce ne sera plus limité à l’importation et à l’exportation de biens monopolisés par les grandes entreprises d’une manière qui augmente considérablement les émissions de carbone.

Au contraire, une économie partagée sera établie dans laquelle les communautés du

Monde pourront trouver des partenaires ayant des intérêts communs et coordonner leurs propres coopératives de micro-commerce et de fabrication. Une réglementation stricte viendra de la base mais sera appliquée au niveau international.

Le Congrès de la Terre protégera, au nom de la population de la Terre entière, les océans, l’Arctique et l’Antarctique, l’atmosphère et les satellites et autres dispositifs en orbite autour de la Terre, et il établira des réglementations transparentes et efficaces pour garantir qu’Internet est entièrement alimenté par des énergies renouvelables, est accessible à tous et favorise un discours intellectuel ouvert basé sur la méthode scientifique.

Le Congrès de la Terre, en tant que principal organe législatif de la Terre, déterminera la représentation en fonction de la population de la Terre entière.

On pourrait peut-être attribuer un représentant pour 50 millions de personnes (120 représentants pour 6 milliards de personnes). Une certaine représentation devrait être déterminée géographiquement (pour représenter des régions comme l’Afrique ou l’Amérique du Sud) mais en même temps, il devrait y avoir des membres du Congrès de la Terre qui représentent des groupes qui constituent une partie importante de la population de la Terre, mais qui sont trop peu nombreux pour avoir une représentation directe au sein du gouvernement local, comme les personnes extrêmement pauvres ou handicapées.

Le Congrès de la Terre doit insister sur les solutions à long terme (minimum 30 ans) aux problèmes les plus critiques auxquels la Terre est confrontée et encouragera des discussions réfléchies et franches qui ne soient pas motivées par un besoin d’images symboliques, mais par une demande de solutions réelles. Le Congrès de la Terre fournira également un financement à long terme au niveau mondial qui rendra l’énergie solaire et éolienne, ainsi que l’agriculture biologique, facilement accessibles aux citoyens de la Terre.

Pour le Congrès de la Terre, la sécurité sera définie comme la protection de la Terre et de ses habitants. Les habitants de la Terre ne sont pas seulement des humains, mais aussi des animaux et des plantes indigènes. La gouvernance mondiale reposera sur l’hypothèse de base que personne ne possède les océans, l’air ou la terre et que tous les concepts modernes tels que “l’immobilier” et “l’extraction” ne sont pas applicables à ces ressources partagées. Le Congrès de la Terre réglementera strictement la pêche, la pollution de l’air et de l’eau, la destruction des sols et des habitats naturels. Il financera des projets visant à restaurer l’environnement naturel, souvent en supprimant les structures érigées dans le cadre du culte du “développement”.

L’interaction d’experts en sciences de la terre, en environnement, en agriculture et en technologie avec des groupes profondément engagés auprès des citoyens ordinaires et des représentants des gouvernements locaux créera un cycle positif d’enquête, d’analyse objective, de propositions constructives et de mise en œuvre transparente qui inaugurera une nouvelle ère de gouvernance significative.

L’avenir de la gouvernance mondiale est essentiel pour résoudre les conflits totalement inutiles entre les États-Unis et la République populaire de Chine, qui sont encouragés pour le plaisir et le profit. Ces deux pays devraient travailler ensemble au plus haut niveau pour répondre aux défis actuels et créer une véritable gouvernance mondiale pour le peuple.

Au lieu de cela, nous sommes bombardés aux États-Unis d’appels à la guerre avec la Chine, de campagnes visant à diaboliser la Chine.

Les deux pays ont été liés par des systèmes de production et de consommation, et non par des liens entre les peuples. Nous avons besoin d’un découplage dans la mesure où les économies et les populations des deux pays sont contrôlées par des banques multinationales impitoyables. Mais nous avons besoin d’une intégration plus profonde entre les États-Unis et la Chine en termes de dialogue concret entre les peuples des deux nations sur notre avenir commun qui sera mis en œuvre par une gouvernance honnête et transparente pour le bien de la Terre et des générations futures.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: