Category Archives: français

L’Aïkido de la politique

Chapitre 6

L’Aïkido de la politique

après la mort de George Floyd

Emanuel Pastreich

Candidat indépendant

pour le poste de

Président des États-Unis

3 juin 2020

Le paysage politique, social et économique auquel nous sommes confrontés aux États-Unis se transforme à une vitesse terrifiante. De petits groupes ont monopolisé les ressources, les biens et les connaissances et ont laissé la grande majorité d’entre nous souffrir dans l’ignorance des conséquences catastrophiques d’une mauvaise gestion criminelle.

Les super-riches vous ont volé entre cinq et dix mille milliards de dollars au cours des quatre derniers mois, en plus de ce qu’ils avaient pillé auparavant. Et juste au moment où nous commençons à nous ressaisir pour affronter le régime criminel de Wall Street, nous avons été confrontés au meurtre brutal de M. George Floyd, lentement torturé à mort et ces images ont été diffusées dans tout le pays.

Des meurtres aussi brutaux commis par la police se produisent tous les jours. De plus en plus, les policiers honnêtes sont contraints de quitter la police. Mais cet incident a été pratiquement créé pour la télévision et la diffusion afin de fomenter un conflit intérieur massif qui profitera aux riches qui sont terrifiés à l’idée que les travailleurs puissent se rassembler en réponse à leur pillage de la nation, et de la Terre.

Le meurtre de M. George Floyd est le confluent de deux horribles rivières souterraines qui coulent sous la surface des États-Unis. L’un est le fleuve de la haine et du mépris pour ceux qui sont classés comme étrangers, comme inférieurs, sur la base de leur couleur de peau, ou des habitudes qu’ils ont apprises de leurs parents. Ce fleuve de la haine a été exploité pendant des centaines d’années pour détourner l’attention de l’exploitation économique. Le Parti fusionniste des années 1890 a réuni les Noirs et les Blancs pour lutter pour la justice sociale. Ils ont été brutalement réprimés, et la ségrégation en a été le résultat, un système dans lequel des privilèges pathétiques ont été accordés aux blancs pauvres et un racisme aveugle a été encouragé dans le cadre d’une stratégie de division et de conquête.

L’autre terrible rivière souterraine est celle de la destruction pour le profit, la démolition contrôlée de l’économie des États-Unis. Il existe une faction parmi les riches et les puissants qui voient une opportunité de profit dans l’acte inqualifiable de déchirer les États-Unis. Ils veulent que nous nous battions les uns contre les autres, et que nous soyons si divisés que nous sommes incapables de nous rassembler pour exiger une société juste, équitable et transparente.

Ces forces obscures ont dépensé d’énormes sommes d’argent pour créer des clivages et dresser un pauvre homme contre un autre.

Il est impossible d’avoir une conversation sur des questions comme le changement climatique et les vaccinations, sur le rôle du gouvernement et de l’armée, sur le pouvoir des banques et des multinationales. Différentes parties de la population ont été nourries de récits tellement divergents qu’il est difficile de s’entendre sur ce qui est vrai et ce qui est faux. Et trop d’établissements ont signé un contrat blasphématoire avec le diable pour se taire sur les mensonges massifs à vue d’avion afin de pouvoir devenir célèbres et vivre une vie confortable.

La confusion intentionnelle créée par les médias et les autorités autour de COVID 19 a exacerbé cette tendance. Le meurtre de George Floyd est la dernière étape de ce plan. Les citoyens des États-Unis sont confrontés à un stratagème appâté, un choix impossible. Choix A : remettre en question le récit de COVID 19, et le plan des vaccinations et être contraint de s’aligner sur les milices isolationnistes et racistes ; Choix B : dénoncer le racisme brutal au sein du gouvernement et les efforts systématiques de l’administration Trump pour encourager les actes racistes et se retrouver aligné avec Barack Obama, Elizabeth Warren et une panoplie de mondialistes de placard “penser à gauche, vivre à droite”.

Qui nous a imposé ce choix ? C’est la question que je vous pose.

Je condamne ce meurtre brutal et je demande justice. Mais je fais appel à votre sagesse maternelle, à votre capacité innée à vous montrer à la hauteur, tout comme Robert Kennedy l’a fait lorsqu’il a parlé la nuit de l’assassinat de Martin Luther King. Je vous en prie, je vous en prie ! Ne vous laissez pas entraîner dans ce piège que vous tendent les riches et les puissants.

Nous devons commencer par faire face honnêtement à la dégradation morale avancée du tissu de notre nation.

De nombreux pauvres ont été privés d’éducation et ont été induits en erreur par des forces puissantes pour rejeter la faute sur l’autre (qu’il s’agisse du travailleur noir, asiatique ou blanc rural) au lieu de réfléchir stratégiquement à la manière dont nous pouvons tous nous rassembler pour lutter contre ces forces obscures.

La plupart des gens que je connais ont renoncé à essayer de construire des ponts. La menace de violence de la part de la Maison Blanche est un signe clair que l’ère de la construction de ponts est morte.

Et comme la violence est encouragée dans les rues, la crise politique actuelle “COVID 19” encourage les gens à rester chez eux, à n’interagir qu’avec ceux qui ont les mêmes idées. Les médias sociaux, comme Facebook et Twitter, sont promus par les personnes qui sont supposées être nos leaders moraux, comme un moyen approprié de s’organiser. Mais ces médias sociaux, et les nouvelles que nous lisons, sont intentionnellement conçus pour rendre notre pensée superficielle, pour nous rendre fou. Tant que nous n’aurons pas commencé à faire nos propres nouvelles, à organiser nos propres médias sociaux, nous serons pris pour des imbéciles.

Si nous ne pouvons pas créer une tendance positive en Amérique qui donne l’espoir de progrès au peuple, si tout ce que le peuple peut voir est l’effondrement et le conflit, alors les puissants peuvent aller de l’avant avec leurs plans pour nous empêcher de nous rencontrer, de pouvoir nous envoyer du courrier, de voyager, de communiquer efficacement par e-mail ou par le biais des médias sociaux. Google ne vous dira jamais que vous vivez effectivement dans une prison.

Les forces que nous opposent les entreprises, les banques d’investissement et les divers groupes anti-immigrants et anti-minorités qu’elles soutiennent derrière le rideau, déforment les murs porteurs de notre nation. Ces forces veulent rendre les attaques contre les minorités à nouveau acceptables – comme c’était le cas dans les années 20.

Elles veulent que vous ignoriez le pillage du gouvernement par les banques et que vous soyez obsédés par le pillage dans les rues qui est rejoué encore et encore dans ces médias dégoûtants sur lesquels nous sommes obligés de compter.

Nous avons besoin d’un plan pour ce que nous allons faire et nous devons suivre ce plan.

Nous n’avons pas besoin de politiciens qui nous disent que les choses vont mal, mais qui ont peur de nous expliquer pourquoi elles vont si mal. Nous n’avons pas le temps de nourrir le vague espoir que les choses s’amélioreront par magie.

Nous ne devons certainement pas penser que remplacer le brutal, impétueux et narcissique Donald Trump par un autre politicien corrompu résoudra nos problèmes.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’une nouvelle politique d’habitude, de pensée et d’action qui ne soit ni “conservatrice”, ni “progressiste”, mais plutôt transformatrice. Nous avons besoin d’une politique qui s’attaque aux causes profondes, et non à leurs conséquences grotesques.

Nous devons faire le deuil de George Floyd, de sa famille, de ses amis et de son peuple. Dans le même temps, nous devons voir clair, comprendre comment cet incident a été monté comme une occasion d’utiliser la race comme un moyen de déchirer le pays et de promouvoir des conflits qui serviront de prétexte à la loi martiale.

Donald Trump a envoyé un message sur Twitter (qui est une société cynique à but lucratif qui nous extorque des milliards) disant “Quand les pillages commencent, les tirs commencent”. Twitter aurait bloqué ce message parce qu’il était offensant. Je doute de cette histoire. Ces entreprises médiatiques font plutôt des heures supplémentaires pour nous manipuler, en essayant de nous faire croire qu’elles sont objectives, qu’elles sont nos amies, par le biais d’images fausses et de rituels trompeurs. Facebook et Twitter n’ont pas d’experts dans le domaine qui confirment scientifiquement ce qu’ils interdisent comme étant faux.

La violence perpétrée par la police ne peut être séparée de l’horrible guerre dans lesquelles nous sommes engagés maintenant. Les policiers sont souvent des soldats qui sont revenus de ces guerres. La violence qu’ils pratiquent est incubée dans les jeux vidéo violents, dans les films et dans un système de valeurs militarisé. La violence s’est répandue dans toute notre société.

L’écrivain James Baldwin a écrit sur ceux qui ont été formés pour voir le monde en termes de race :

“Ils sont, en effet, toujours piégés dans une histoire qu’ils ne comprennent pas ; et tant qu’ils ne l’auront pas comprise, ils ne pourront pas en être libérés. Ils ont dû croire pendant de nombreuses années, et pour d’innombrables raisons, que les hommes noirs sont inférieurs aux hommes blancs. Beaucoup d’entre eux, en effet, savent mieux, mais, comme vous le découvrirez, les gens ont beaucoup de mal à agir sur la base de ce qu’ils savent. Agir, c’est être engagé, et être engagé, c’est être en danger. Dans ce cas, le danger, dans l’esprit de la plupart des Américains blancs, est la perte d’identité… L’homme noir a fonctionné dans le monde de l’homme blanc comme une étoile fixe, comme un pilier inébranlable : et lorsqu’il quitte sa place, le ciel et la terre sont ébranlés jusqu’à leurs fondations…

“Et si le mot intégration a un sens, c’est bien celui-là : que nous forcerons, avec amour, nos frères à se voir tels qu’ils sont, à cesser de fuir la réalité et à commencer à la changer. Car ceci est votre maison, mon ami, ne vous en éloignez pas ; de grands hommes ont fait de grandes choses ici, et le feront encore, et nous pouvons faire de l’Amérique ce que l’Amérique peut devenir”.

Baldwin parlait franchement de ce qu’il faut pour rendre l’Amérique grande, pas grande à nouveau, mais grande pour la première fois.

Que faisons-nous maintenant ?

L’art ancien de l’Aïkido offre une stratégie pour la résolution de la crise sociale et politique, à la limite de la guerre hybride, à laquelle nous sommes confrontés. Mais il exige que nous nous engagions d’abord dans une réflexion philosophique et réfléchie sur la dynamique plus large de notre nation qui nous a amenés ici.

Bien que l’approche de l’Aïkido ne plaise pas à ceux qui souhaitent se livrer à leur émotion, c’est la réponse la plus efficace à ce qui pourrait facilement devenir une catastrophe pour le monde entier.

Les conflits aux États-Unis ne peuvent être séparés des conflits dans le monde. La violence utilisée dans nos rues a été tirée de nos nombreuses guerres à l’étranger. Ce qui s’est passé là-bas, à l’abri des regards des citoyens, a changé qui nous sommes.

Et maintenant, si les choses se brisent, la question de savoir qui contrôle les armes nucléaires pourrait être une crise demain.

L’aïkido nous montre comment nous pouvons éviter une réaction émotionnelle aux images que nous donnent les médias corrompus pour nous mettre en colère, et nous pouvons plutôt nous concentrer sur la construction de nos propres communautés, et de nos propres organisations courageuses, afin qu’elles puissent s’opposer aux pouvoirs qui se cachent derrière ce que nous voyons à la télévision.

L’aïkido nous apprend que nous ne devons pas répondre au coup qui nous est porté par un coup tout aussi puissant contre notre adversaire. Nous devons plutôt rediriger l’énergie du coup qui nous est porté dans une direction inoffensive, voire positive.

Une attaque hostile doit être désarmée en redirigeant subtilement l’énergie même qui est projetée contre nous.

La signification plus large de ces mots est qu’il existe un équilibre dans l’univers que nous devons exploiter et que la seule façon de vraiment résoudre les problèmes est précisément de rediriger l’énergie.

L’histoire politique montre clairement la vérité. Les efforts déployés pour s’opposer à des torts terribles ont souvent conduit à un recours excessif à la force et ont créé de nouveaux problèmes, parfois pires que les problèmes initiaux. Le triste processus est similaire à chaque époque. Et une telle réaction excessive est précisément ce que les forces obscures des États-Unis espèrent et prévoient.

Et pourtant, nous ne pouvons pas nous attendre à ce que le peuple souffre d’une terrible injustice en silence. Comme l’a écrit le patriote américain Thomas Paine, “La modération dans le tempérament est toujours une vertu ; mais la modération en principe est toujours un vice”.

Que dirait un maître d’Aïkido s’il nous donnait des conseils sur la façon de reconstruire ce pays après ces horribles dégâts spirituels, et comment répondre aux coups terribles qui nous sont portés par des forces cachées ?

Où suggérerait-il que nous commencions à guérir ce pays commercialisé, marchandisé, fragmenté, effrayé, souillé et démoralisé ?

Les terribles conflits raciaux qui sont encouragés par les médias corrompus et par des banques comme BlackRock et Goldman Sachs ont pour but de pousser les gens des deux côtés à aller trop loin, de créer des conflits durables qui détournent l’attention du pillage de notre pays, non pas par des travailleurs mal payés, mais par les banques et par ceux qui profitent de ces catastrophes.

Nous pouvons voir immédiatement l’impact négatif de ce coup. Mais, si nous utilisons notre imagination, et si nous sommes disciplinés, nous pouvons réorienter l’énergie.

Les gens ont été réveillés de leur sommeil.

C’est une bonne chose.

Les gens ont pris conscience d’une profonde injustice dont ils prétendaient auparavant qu’elle n’existait pas.

C’est une bonne chose.

Ils se sont rassemblés dans la rue, parfois en travaillant ensemble, parfois en s’affrontant.

Cela pourrait être une bonne chose.

L’intention de ceux qui ont promu des images de destruction et de chaos destinées à différents groupes était d’encourager des conflits horribles.

C’est mauvais.

Mais si nous sommes capables de rechercher la vérité, et non des rapports sensationnels, et si nous sommes capables d’utiliser ce réveil pour faire participer les gens à de véritables conversations avec les uns les autres, et même avec les personnes qu’ils sont censés haïr, alors les forces qui se déchaînent pour nous séparer peuvent être redirigées pour nous réunir.

Nous pouvons également entamer une conversation profonde entre les citoyens, en nous réunissant chez eux, dans nos quartiers, pour parler de la véritable histoire de l’Amérique.

Nous pouvons nous poser des questions qui exigent des réponses :

Quand est-ce que les choses ont-elles mal tourné en Amérique ?

Est-ce que tout a mal tourné après l’élection de Donald Trump ? Ou est-ce que Trump a joué un rôle positif en disant la vérité sur les guerres sans fin et la corruption dans le pays.

Ou bien les problèmes ont-ils commencé avec la corruption profonde de la défunte administration Clinton et ensuite de l’administration George W. Bush ?

Ou devrions-nous faire remonter la maladie à l’assassinat de John F. Kennedy ?

Ou faut-il faire remonter les maux de notre pays à la colonisation par les Européens au XVIIe siècle, et l’économie extractive à l’économie d’esclaves qu’ils ont importée ?

Ou bien y a-t-il quelque chose de fondamentalement dépravé dans l’humanité qui remonte à Adam et Eve ?

Ce sont là des questions essentielles à poser sur l’Amérique et les réponses ne sont pas simples.

La vague actuelle de perturbations prévue dans notre pays doit être redirigée pour dynamiser les gens et les amener à s’engager dans une discussion constructive. Cette discussion pourrait conduire à une transformation au niveau le plus profond, plutôt qu’à la propagation de conflits douloureux provoqués par les médias et leurs bailleurs de fonds.

Les hommes politiques que nous voyons à la télévision sont experts dans l’art de nous diviser. C’est tout ce que les politiciens savent faire.

Mais nous pourrions avoir une politique consacrée à l’unité, à la transformation de la pensée, à la perception honnête.

Tous les Américains n’ont pas un rôle égal dans la transformation des pouvoirs négatifs qui ont été déclenchés dans notre pays.

Certains d’entre nous auront reçu une éducation et des connaissances spécialisées qui leur permettent de comprendre le monde d’une manière que d’autres ne peuvent pas. En tant qu’intellectuels, nous avons l’obligation d’aider ceux qui nous entourent à percevoir le monde plus clairement, pour nous assurer qu’ils ne sont pas abusés par les puissants.

En même temps, nous, les intellectuels, avons beaucoup à apprendre de ceux qui ont travaillé dur, qui sont restés debout toute la journée dans des restaurants, qui vivent dans des logements inadéquats, qui souffrent de terribles abus.

Nous pouvons commencer à créer un cycle positif en collaborant avec ceux qui connaissent de première main les difficultés de notre société, mais qui ne possèdent pas les connaissances spécialisées nécessaires pour changer les choses.

Une telle alliance entre travailleurs et intellectuels réorientera les forces de l’exploitation dans une direction positive. Mais une telle réorientation exige de nous, ceux qui en ont le plus bénéficié (comme moi), une volonté de sacrifice.

Considérez la citation attribuée à Winston Churchill, “ne jamais gaspiller une bonne crise”. L’expression est normalement utilisée dans le sens négatif, c’est-à-dire qu’une crise est une chance de forcer des changements auxquels le public résisterait normalement. L’adoption du Patriot Act aux États-Unis après le “11 septembre 2001” en est un parfait exemple – une restriction radicale de la liberté qui n’aurait jamais pu être réalisée sans une humeur de crise fabriquée.

Aujourd’hui, la crise est amplifiée et déformée pour modifier fondamentalement la société américaine. L’intention est de bloquer toute opposition à la concentration des richesses, à la destruction de l’environnement, et de diminuer l’autonomie et la liberté des citoyens.

Cependant, si nous observons attentivement, nous remarquerons que ces pratiques négatives génèrent des changements positifs inattendus. Si nous pouvons saisir les aspects positifs, nous pouvons faire pression pour une transformation constructive. Nous n’avons pas le choix, car les forces ont déjà été libérées.

Par exemple, soudainement, sans aucune forme de processus participatif, ni même de consultation avec des experts, les voyages dans le monde entier ont été profondément restreints, tout comme le commerce. Les compagnies aériennes sont en faillite, les aéroports ont été fermés et les ports sont calmes.

Mais bien que la politique, dans ce cas, s’oriente vers la tyrannie, l’utilisation du pétrole pour le transport et la société de consommation en fuite qui a pris le dessus sont en train de tuer notre écosystème. C’était précisément le bon moment pour arrêter la machine de la mondialisation et ce bouleversement pourrait être une mesure extrêmement positive si nous avons la vision nécessaire pour recréer notre société.

Le transport aérien doit cesser. Les voyages frivoles doivent cesser.

Les ordres de fermeture qui nous ont maintenus chez nous, qui ont détruit les petites entreprises et les sociétés habilitées, qui ont permis aux super-riches de gagner des milliards et qui ont conduit la plupart d’entre nous à la pauvreté, sont une force négative.

Mais là encore, rester à la maison et travailler avec notre famille peut être sain si la direction est saine. Si nous devons rester dans nos quartiers, cela pourrait être une occasion de construire des communautés suffisamment fortes pour s’opposer au pouvoir des riches. Nous pouvons en profiter pour faire connaissance avec nos voisins et apprendre à travailler avec eux.

L’enseignement de cours en ligne pourrait réduire le besoin de voitures, et même permettre des connexions innovantes entre les étudiants et les enseignants du monde entier qui pourraient promouvoir une perspective internationale. Mais aujourd’hui, l’enseignement en ligne est surtout poussé par ceux qui sont à la recherche de profits. Nous devrons prendre le contrôle de l’éducation en ligne et changer son orientation.

Je fais ces suggestions ici, juste comme ça, des suggestions. Nous devrons travailler ensemble pour réorienter, pour bloquer, les forces dangereuses qui ont été libérées aux États-Unis.

Mais je voudrais suggérer qu’alors que nous pleurons les morts, que nous nous plaignons de la destruction et les dommages causés à notre société, que nous gardions également les yeux ouverts sur les moyens novateurs et créatifs de réorienter ces forces négatives afin de parvenir à une transformation fondamentale de notre société. Une telle transformation était, pour être honnête, très, très en retard.

L’aïkido de la politique et de la politique que je propose ici est complexe et subtil. La plupart des politiciens n’oseraient pas vous faire une telle proposition politique. Ils partent du principe que les messages doivent être édulcorés pour un public américain qui ne peut pas se concentrer, qui est rendu fou par les médias sociaux et le contenu commercial.

Mais je vous prends au sérieux, chers concitoyens américains, je ne vous parlerai jamais de façon humiliante. Je suppose que vous, debout derrière le comptoir de Wal-Mart, vous, prenant des commandes chez Amazon, vous, essuyant les tables pour le McDonald’s tard dans la nuit, que vous êtes tout à fait capable de comprendre ces questions complexes, que vous le pouvez et que vous serez à la hauteur. Vous vous débarrasserez de la culture de consommation empoisonnée et vous avancerez dans cette lutte.

En avançant, rappelons la vision présentée par le président Franklin Delano Roosevelt dans son discours sur l’état de l’Union du 6 janvier 1941 comme un défi au spectre du fascisme.

Roosevelt a appelé à la protection des “quatre libertés” pour tous les citoyens : “Liberté d’expression”, “Liberté de culte”, “Vivre à l’abri du besoin” et “Vivre à l’abri de la peur”.

Roosevelt n’était pas ambigu sur la signification de ces quatre libertés.

Il a déclaré : “Dans les jours à venir, que nous cherchons à sécuriser, nous attendons avec impatience un monde fondé sur quatre libertés humaines essentielles.

La première est la liberté de parole et d’expression – partout dans le monde.

La seconde est la liberté de chacun de rendre un culte à Dieu à sa manière, partout dans le monde.

La troisième est la liberté de vivre à l’abri du besoin – ce qui, traduit en termes mondiaux, signifie des conceptions économiques qui assureront à chaque nation une vie saine en temps de paix pour ses habitants – partout dans le monde.

La quatrième est l’absence de peur – ce qui, traduit en termes mondiaux, signifie une réduction mondiale des armements à un point et d’une manière si complète qu’aucune nation ne sera en mesure de commettre un acte d’agression physique contre un voisin – n’importe où dans le monde”.

La réalisation d’une telle vision exigera une énergie et une concentration considérables, elle nous obligera à sortir dans la rue et à travailler avec nos voisins pour créer une société juste et équitable. Une telle opportunité nous a été donnée, peut-être par hasard. Le moment est venu de la saisir et d’avancer dans une direction juste.

Qu’est-ce que la sécurité ?

Qu’est-ce que la sécurité ?

Emanuel Pastreich

Candidat indépendant

pour le poste de

Président des États-Unis

26 mai 2020

Que signifie exactement le mot “sécurité” ? La question est si simple qu’elle en devient écrasante. Et, aussi critique que soit la question, étant donné les milliards, les billions, de dollars que nous dépensons pour la sécurité, la plupart des experts en sécurité qui se pavanent dans de somptueux groupes de réflexion, ou qui nous pontifient du Pentagone, ou du Conseil national de sécurité, ou de divers programmes d’information, ne veulent pas parler de la véritable nature de la sécurité.

Une chose dont nous pouvons être sûrs, c’est que l’argent de vos impôts, et la dette nationale qui réduit votre capacité d’achat, financent le développement de nouvelles armes et de nouveaux satellites, et d’autres programmes militaires et de renseignement, dont vous n’avez jamais entendu parler, et qui ne sont pas soumis à un examen externe.

Beaucoup d’initiés avouent qu’ils ne savent même pas si toutes ces choses que nous dépensons notre argent est construit, voire déployé, car les programmes sont classifiés et intrinsèquement opaques. Le ministère de la défense refuse d’être audité. Les agences de renseignement sont également inaccessibles.

Nous savons une chose avec certitude. Nous accumulons une dette énorme pour vos enfants. Nous galopons vers une guerre mondiale. Nous creusons une tombe pour quelqu’un avec toutes ces dépenses pour la “sécurité”. Qui pourrait être ce quelqu’un ?

Des billions de dollars ont été dépensés pour la sécurité et pourtant nous nous sentons de moins en moins en sécurité.

Ces dépenses en matière de sécurité, combinées aux billions de dollars saupoudrés sur les banques d’investissement, ont ouvert les portes de l’enfer et versé de l’essence dans toute l’économie. Aujourd’hui, les psychopathes qui gèrent les portefeuilles des milliardaires arrivent avec des allumettes dans leurs mains.

La sécurité est souvent définie en termes militaires. Au cours des dix dernières années, même les soldats n’ont pas eu d’importance pour les maîtres de la sécurité. Ce sont plutôt des produits comme les avions de chasse, les satellites, les porte-avions – dont beaucoup ont une valeur douteuse – qui sont appréciés parce qu’ils génèrent de gros budgets pour les entreprises.

Pourquoi ces officiers militaires se rabattent-ils sur eux-mêmes pour approuver des armes dont ils savent qu’elles ne sont pas adaptées aux menaces à la sécurité ? Ils le font parce qu’ils savent que lorsqu’ils prendront leur retraite, ils seront employés par ces mêmes sociétés. Beaucoup ont rejoint l’armée au départ pour gagner de l’argent en faisant du conseil après leur retraite.

Cependant, beaucoup de ceux qui se soucient de la sécurité réelle ont été punis, voire bannis.

A un certain niveau, nous avons besoin d’hommes et de femmes en sécurité, mais souvent les jeunes sont nourris de contes de fées sur les menaces des nations maléfiques qui les aveuglent sur les véritables menaces de sécurité.

Ces contes n’ont aucun fondement scientifique, seulement la parole des lobbyistes pour les entrepreneurs de la défense.

Plus d’un trillion de dollars seront dépensés pour mettre à jour l’arsenal nucléaire américain, même si de nombreux experts pensent que nous serions plus sûrs si nous nous débarrassions tous ensemble des armes nucléaires – et nous avons accepté de le faire dans le cadre du traité de non-prolifération nucléaire.

Aujourd’hui, à la recherche du profit, le réseau complexe de traités limitant les armes qui a été soigneusement construit au cours des cinquante dernières années pour réduire le risque d’une course aux armements (et d’une guerre nucléaire) a été déchiré.

Les États-Unis fuient les traités mondiaux qui empêchent les guerres nucléaires et conventionnelles. L’annonce récente de notre retrait du traité “Ciel ouvert”, qui garantit la transparence dans le domaine militaire, n’en est que l’exemple le plus récent.

Et puis il y a eu l’annonce choquante de la possibilité de nouveaux essais nucléaires américains, la première annonce de ce genre depuis 1992.

En revanche, la capacité des États-Unis à traiter les conflits de manière productive et rationnelle a été paralysée par la réduction du budget du département d’État, le retrait d’experts de postes clés et la cessation de fonctions diplomatiques, même élémentaires, au cours des trois derniers mois.

Dans le même temps, les grandes entreprises nous obligent à dépendre de la production d’armes pour nous nourrir.

Elles ont travaillé insidieusement pour envoyer toute la production à l’étranger et pour automatiser l’agriculture et d’autres services aux États-Unis. Il n’y a plus d’emplois. Il n’y a plus d’emplois. Il n’y a plus de travail dans le secteur manufacturier que dans la fabrication d’armes. Ce programme nous oblige à soutenir l’industrie de l’armement afin de trouver du travail.

Et aujourd’hui, criblées de dettes, nos usines fermées, le seul outil dont dispose encore notre gouvernement en déliquescence pour stimuler l’économie est de planifier une guerre avec la Chine, l’Iran ou la Russie.

Ce n’est un secret pour personne que ces plans dangereux, catastrophiques, sont bien avancés et qu’ils pourraient facilement entraîner la fin de la civilisation humaine, même si ce n’était pas l’intention.

Le temps est venu de faire preuve de rationalité dans l’approche de la sécurité. Mais vous ne trouverez pas beaucoup de rationalité à Washington D.C.

Alors, quels sont les véritables enjeux de sécurité pour les États-Unis à mesure que nous nous rapprochons de la guerre et nos citoyens sont terriblement ignorants de l’imminence du désastre par les médias ?

Permettez-moi de vous présenter quelques menaces clés pour la sécurité :

1) Anti-intellectualisme

La plus grande menace pour la sécurité de notre nation est le cancer malin de l’anti-intellectualisme, l’abrutissement des Américains et le découragement de la pensée profonde qui est propagée par les médias délabrés. La mort de sources d’information fiables et indépendantes des intérêts financiers, le dépérissement des discussions communautaires locales sur des sujets critiques, ont ouvert la porte à la catastrophe.

La poursuite courageuse de la vérité est une nécessité pour toute politique de sécurité significative. Si nous ne pouvons pas nous concentrer plus de quelques minutes, si les journaux, les émissions de télévision et les médias sociaux ne présentent pas aux citoyens une analyse scientifique et détaillée des problèmes réels, et si nous ne sommes pas encouragés à jouer notre rôle de citoyens réfléchis, il ne peut y avoir de planification significative de la sécurité et nous dériverons vers une guerre mondiale dans l’ignorance totale.

2) Le changement climatique et l’empoisonnement de l’environnement

Les menaces militaires de la Chine, de la Russie, de l’Iran et de la Corée du Nord sont extrêmement improbables, mais la catastrophe du changement climatique qui laissera de larges pans de notre Terre inhabitables dans les dix à vingt prochaines années est garantie à 100%.

C’est exact : la menace la plus catastrophique pour la sécurité de l’histoire de l’humanité est constamment sous-estimée et ignorée dans les médias et les billions de dollars dépensés par l’armée et les services de renseignement n’ont pratiquement rien à voir avec la réponse à ce défi, mais contribuent plutôt à accroître le risque car l’armée américaine est l’un des plus grands pollueurs.

Des décennies de déréglementation ont enlevé au gouvernement le pouvoir d’exiger que l’industrie cesse d’empoisonner les citoyens. Mais l’étape finale consistant à nommer des lobbyistes pour l’industrie à des postes de haut niveau a transformé le gouvernement d’une masse impuissante en une bête agressive cherchant à nous imposer à tous les combustibles fossiles.

Toute évaluation objective de la menace posée par le changement climatique au cours des 30 prochaines années révèle que le danger est si grand et que le coût de l’adaptation au changement climatique et de son atténuation est si énorme que nous n’avons pas d’autre choix que de signer des accords avec tous les pays en vue de réduire considérablement les armes conventionnelles et d’éliminer les armes nucléaires, afin que nous puissions concentrer toutes les ressources sur la transformation complète de notre économie en une économie 100 % renouvelable.

Si l’armée, les services de renseignement et d’autres éléments du système de “sécurité” existant peuvent être fondamentalement transformés pour atteindre cet objectif, qui est de nous débarrasser des armes obsolètes et dangereuses et de concentrer nos efforts sur l’élimination totale des combustibles fossiles et la transformation de l’économie de la Terre en quelques années, ils peuvent alors jouer un rôle. Dans le cas contraire, il faut les arrêter.

Aucun char, aucun système de défense antimissile, aucun satellite de renseignement ne peut faire quoi que ce soit pour arrêter la progression des déserts, le réchauffement et l’acidification des océans et la destruction de l’agriculture par le réchauffement climatique. Ce sera une lutte de vie ou de mort. Le coût des denrées alimentaires augmentera de manière exponentielle et la plupart des pays du monde auront du mal à se nourrir. Tout cela se produira alors qu’une poignée de milliardaires accumulera des ressources.

Nous n’avons aucun plan à long terme pour répondre à l’effondrement de notre système d’approvisionnement alimentaire ou à la montée du niveau des mers. Beaucoup d’Américains ne sont même pas au courant de ces menaces. L’administration actuelle est devenue un instrument des intérêts des combustibles fossiles. Elle ne peut pas faire de politique significative et elle essaie d’écraser le débat scientifique.

3) La disparité des richesses

Notre incapacité à lutter contre les menaces à la sécurité est en partie due à la concentration sans précédent des richesses, qui s’est accélérée au cours des trente dernières années et a atteint un niveau extrême au cours des six derniers mois. Le gouvernement et l’armée ont été réduits à un jeu pour une poignée de super-riches.

La destruction des entreprises familiales, la baisse de la qualité des emplois offerts aux jeunes et le pouvoir des banques d’investissement et autres sociétés spéculatives d’organismes financiers sur la planification économique est en train de transformer notre société.

De tels intérêts ne se soucient pas de la vie des citoyens et ils profitent de la création d’une insécurité. Les riches préfèrent commander 100 autres chasseurs à réaction F 35 d’une valeur discutable à 120 millions de dollars chacun plutôt que d’aider les citoyens à obtenir l’éducation de base nécessaire pour comprendre les défis de sécurité auxquels nous sommes confrontés.

Tant que nous n’aurons pas récupéré les billions de dollars que les super-riches ont volés et créé un gouvernement responsable axé sur les intérêts à long terme de la population, il ne pourra y avoir de politique de sécurité.

4) L’émergence de nouvelles armes

Bien que la menace la plus importante pour notre pays soit le changement climatique, nous devons également reconnaître qu’une réponse est nécessaire à la course aux armements qui s’emballe dans le monde entier et à l’émergence de nouvelles armes qui changent la donne.

Le rythme exponentiel de l’évolution technologique signifie que les armes qui peuvent tuer des dizaines de milliers de personnes, voire plus, deviennent moins chères et donc accessibles à de petits groupes, voire à des individus. La réponse à cette menace sans précédent nécessitera la collaboration et la confiance entre les organisations responsables dans le monde entier. Cependant, la plupart des organisations internationales ont été détournées par les riches et les puissants et elles ne servent plus leur objectif initial.

Qui contrôle les technologies émergentes, comment elles sont appliquées et comment elles sont réglementées, telle sera la question décisive pour les États-Unis, et pour l’humanité. Aujourd’hui, il n’y a effectivement aucune réglementation du tout. Mais cette crise ne peut être résolue que par des accords mondiaux et des traités contraignants.

La menace des nouvelles technologies n’a pas grand-chose à voir avec les États nations et les fabricants et promoteurs de ces armes dangereuses n’ont d’autre loyauté que celle du profit. Examinons quelques-unes de ces nouvelles technologies :

Drones et robots

Les drones et les robots tueurs sont un domaine technologique en plein développement, promu par des entreprises à la recherche de profits rapides. La dystomie du meurtre par des machines incontrôlables a déjà commencé dans les pays pauvres. Si nous n’avons pas de traités contraignants, ces machines seront importées aux États-Unis avec toute leur force, non pas par des étrangers, mais par des initiés.

Les robots et les drones volants deviennent de plus en plus sophistiqués, plus agiles, plus petits et capables de tuer sans pitié, ni responsabilité, à grande échelle.

À l’avenir, les drones formeront des essaims de 10 000 individus ou plus, chacun contenant des armes différentes, et beaucoup d’entre eux seront si petits qu’ils seront presque invisibles. Ils détruiront tout sur leur passage. Les avions de chasse et les porte-avions actuels seront un hommage pittoresque à un concept de sécurité dépassé.

Des machines à tuer autonomes pourront fonctionner sans qu’un humain ne soit impliqué. Elles doivent faire l’objet de traités internationaux rigoureusement appliqués. Nous devons d’abord créer des gouvernements responsables, capables de prendre les mesures nécessaires.

La cyberguerre et les médias de propagande

La cyberguerre est utilisée à grande échelle aujourd’hui. Des informations trompeuses nous sont transmises dans l’intention de créer la confusion et la division, et de promouvoir des solutions militaires dangereuses à des problèmes complexes. En outre, la cyberguerre future permettra à quelques-uns de s’emparer d’armes dans le monde entier qui ont été stupidement conçues pour être contrôlées électroniquement.

Les hypothèses de base sur les conflits d’État à État qui sous-tendaient la politique de sécurité nationale ne sont plus valables. Mais le modèle de conflit entre grandes puissances est d’autant plus promu par les médias.

Il existe également d’autres technologies émergentes comme l’impression 3D dont les applications militaires sont encore mal comprises, mais qui peuvent devenir des menaces qui changent la donne et qui doivent être soigneusement étudiées.

Que faire ?

Nos citoyens ont droit à une politique de sécurité fondée sur la recherche de la vérité et guidée par un engagement éthique. Les profits tirés de la vente de systèmes d’armes n’ont pas leur place dans la discussion.

La question de savoir comment nous allons transformer l’armée gaspilleuse et dangereuse en une force qui protège l’environnement et qui répond aux véritables préoccupations de sécurité est notre plus grand défi.

Je ne vais pas prétendre que je connais la bonne réponse. Mon propos dans ce discours est d’identifier les contours du problème et d’appeler tous les citoyens, ainsi que tous les membres des forces armées et des services de renseignement, à avoir le courage de défendre nos véritables intérêts, de s’opposer au militarisme et de refuser les pots-de-vin et les menaces, directes et indirectes, utilisées pour nous pousser sur la voie de la catastrophe.

Nous n’avons pas à susciter des problèmes avec d’autres nations comme la Chine, la Russie, l’Iran ou le Venezuela. Nous sommes confrontés à des menaces globales écrasantes qui exigent, de par leur nature même, une coopération mondiale.

Unissons-nous, avec des citoyens réfléchis du monde entier, pour réécrire les règles de sécurité et pour promouvoir des personnes réfléchies, courageuses et sages qui peuvent transformer l’apocalypse à laquelle nous sommes confrontés en une occasion de transformation institutionnelle fondamentale par le biais d’une alchimie éthique.

Beaucoup m’ont reproché un idéalisme irréaliste, une vision trop optimiste de la sécurité et des relations internationales. Je réponds que j’ai étudié l’histoire et que j’ai de l’expérience dans le domaine de la diplomatie. Je pense qu’un tel rejet des valeurs et de la vision ne sert qu’à rendre notre monde plus dangereux.

Et cet argument cynique est essentiellement faux. Assez d’effrayer les gens avec des croque-mitaines, de les terrifier avec des images macabres. Inspirons-les plutôt à faire de grandes choses et encourageons-les à défendre la sécurité dans le vrai sens du terme dont on abuse tant.

Mouvement, Plainte et Magie

Mouvement, Plainte et Magie

Emanuel Pastreich

Candidat indépendant

pour le poste de

Président des États-Unis

16 mai 2020

Alors que le rythme de l’effondrement économique, institutionnel et culturel aux États-Unis augmente, presque tout le monde peut sentir que quelque chose ne va pas fondamentalement dans notre pays, que les journaux et les chaînes de télévision sont incapables de faire quoi que ce soit. Nous semblons impuissants à arrêter la transformation de notre pays en un désert moral, à être réduits au statut d’esclaves au service d’une poignée de puissants.

Mais pourquoi, si tant de gens sont conscients des profondes contradictions de notre culture, de la haine qui existe sous la surface, pourquoi restons-nous paralysés ? Pourquoi sommes-nous si convaincus qu’aucune mesure ne peut être prise ? Pourquoi tant de jeunes Américains talentueux ont-ils du mal à s’organiser, à faire en sorte que chaque action soit axée sur la transformation de notre société, sur la collaboration avec nos voisins pour créer une société meilleure ?

Plusieurs raisons expliquent cette paralysie. Nous sommes immergés dans une culture de consommation de saccharine créée par les sociétés de publicité depuis soixante-dix ans. Ce bain maladif nous a dépouillés de nos pouvoirs de citoyens, nous rendant consommateurs d’images et de sentiments.

Nous regardons à la télévision les autorités parler de tout, sauf de ce qui est essentiel pour notre pays, dans le cadre d’un carnaval macabre.

Il suffit de dire que notre nation a subi une grave blessure il y a vingt ans, qui s’est transformée en gangrène. Plutôt que de couper courageusement le doigt infecté et d’arrêter la pourriture, nous l’avons recouverte d’un pansement et avons laissé le poison couler dans nos veines, sans que nous ne le voyions ni l’entendions, jusqu’à ce que l’infection atteigne tous les coins du corps politique.

Voilà où nous en sommes aujourd’hui. Pour ceux qui ont encore un emploi, vous pouvez aller au Starbucks et avoir une conversation agréable avec un ami sur la vie de famille.

La plupart d’entre nous, cependant, reviennent d’une longue journée où ils ont essayé de faire quelque chose, n’importe quoi, en travaillant mais sans être payés. Nous avons à peine la force de préparer le dîner pour nos enfants. Nous nous sentons désespérés, comme tout le monde autour de nous. Nous entendons des histoires selon lesquelles le confinement se terminera bientôt – mais personne n’y croit vraiment.

Mon rôle le plus urgent en tant que candidat indépendant à la présidence est de vous apporter un peu d’espoir et d’esquisser une voie à suivre qui soit proactive, et non réactive aux demandes de plus en plus irréalistes des intérêts financiers et des parties du gouvernement qu’ils contrôlent.

Je voudrais parler des trois tendances qui ont contribué à ce triste état des choses en Amérique, une tendance dans laquelle nous avons le sentiment de n’avoir ni liberté, ni pouvoir, et où nous finissons par être ballottés et secoués par des forces invisibles. Nous sentons le flux de pouvoir obscur derrière la surface au centre commercial, dans nos salons et dans nos bureaux.

Les trois tendances qui nous ont privés de notre liberté, nous ont privés de toute confiance dans nos actions, sont le “mouvement”, la “plainte” et la “magie”.

Ces termes sont peu familiers et peut-être un peu déroutants. Ils sont censés être peu familiers et un peu dérangeants, parce que nous voulons réveiller les gens, les secouer pour qu’ils sortent du sommeil actuel pour que nous puissions à nouveau penser par nous-mêmes, pour que nous puissions croire que nous pouvons réellement changer ce monde.

Il est bien plus important pour moi de vous choquer que de vous raconter des platitudes sur la façon dont les choses peuvent être tout simplement géniales si nous apportons quelques corrections mineures.

Le premier problème est celui du “mouvement”.

Le terme “mouvement” désigne l’organisation de grands mouvements impliquant des rassemblements publics, des collectes de fonds et des campagnes visant à promouvoir la signature de pétitions et la collecte de soutiens pour une perspective ou une politique.

Le mouvement se concentre sur l’exposition, sur la création d’images et demande l’attention d’une population déprimée et découragée par le biais de journaux à but lucratif et de médias sociaux à but lucratif.

Les leaders de ces mouvements sont promus dans les médias d’entreprise où ils publient des livres et rencontrent des politiciens célèbres, des chanteurs populaires, des membres de la famille royale et d’autres célébrités.

Les meilleurs exemples de mouvement se trouvent dans l’échec de l’opposition à la guerre en Irak en 2002, dans les efforts pour lutter contre les abus sexuels des femmes par le biais du mouvement “Me Too”, et dans la campagne de sensibilisation au changement climatique, comme le montrent les activités de Greta Thunberg.

Ces activités prennent énormément de temps, elles remplissent des milliers de messages sur Facebook et elles nécessitent des budgets énormes. Les mouvements donnent l’impression que quelque chose est fait, mais ils donnent des résultats mesurables, servant souvent à détourner l’attention de personnes plus engagées et plus capables de s’organiser efficacement.

Ceux qui sont pris dans le “mouvement” sont souvent sincères et ignorent l’inefficacité de leurs actions.

Les protestations contre les plans de guerre des États-Unis contre l’Irak, qui ont débuté en septembre 2002, étaient un mouvement classique. Les protestations contre la guerre ont certainement été impressionnantes, formant les plus grandes manifestations de masse coordonnées de l’histoire dans le monde entier – c’est du moins ce qu’on nous dit.

Des centaines de fonctionnaires, et même quelques hommes politiques, se sont courageusement opposés à l’administration Bush. Mais aucun de ces efforts inspirants n’a réussi à arrêter une guerre inutile pour enrichir une poignée d’élites. Les bombardements se sont poursuivis sans entrave, et le conflit continue à ce jour.

Qu’est-ce qui a mal tourné ? Comment avez-vous pu avoir autant de personnes qui protestaient et qu’un nombre infime de riches et de puissants aient pu prendre une décision aussi dangereuse en toute impunité ?

Pourquoi a-t-on si peu discuté des raisons pour lesquelles ces manifestations ont échoué si lamentablement ?

Nous avons été complètement séduits par l’idée qu’il est essentiel d’attirer l’attention des médias. L’hypothèse de base du “mouvement” est que si beaucoup de gens connaissent la vérité, cela aura un impact sur le processus de prise de décision des élites. Personne n’envisage même la possibilité que les super-riches puissent avoir des systèmes de valeurs qui nous sont fondamentalement étrangers.

Les médias suggèrent qu’une cause doit recevoir suffisamment d’attention et de soutien de la part des célébrités pour être un mouvement légitime. Mais nous oublions que la célébrité est la marchandise que les médias vendent.

Le mouvement est un processus par lequel les citoyens sont convaincus de la valeur de leurs actions par les médias et les réseaux sociaux gérés pour le profit, et non pour sauver le monde. L’argent est généré sur la base d’activités promotionnelles qui augmentent l’engagement. Le succès ne présente aucun intérêt pour ces conglomérats médiatiques.

Les activités dont les médias corrompus à but lucratif font largement état ne peuvent pas être des activités qui sapent leurs profits. Cela signifie que les mouvements dont on parle ne peuvent pas être économiquement indépendants et qu’ils ne peuvent pas attirer l’attention sur la façon dont les héros promus par les médias tirent des profits de ces sociétés.

Le “mouvement” fait partie de la promotion d’une culture de consommation et du culte de soi-même. L’objectif du “mouvement” est la réalisation de soi, et non la formation de groupes organisés ayant un engagement moral profond envers une cause.

Beaucoup d’entre nous supposent qu’un mouvement doit avoir beaucoup d’argent, une reconnaissance médiatique et le soutien de personnes célèbres avant de pouvoir le soutenir. C’est ce qu’on nous a appris à croire.

N’oubliez pas que vous n’êtes pas l’utilisateur de Facebook ou de Twitter, mais plutôt le produit qui est vendu aux entreprises clientes.

Qu’attendent de vous les entreprises clientes de Facebook et Twitter lorsqu’elles vous achètent ? Ils veulent que vous pensiez que vous faites quelque chose de très important mais que vous n’avez pas d’impact réel.

À quoi pourrait donc ressembler un véritable mouvement ?

Considérons le mouvement antiesclavagiste des années 1850 qui a conduit à une transformation de l’économie et a amélioré les conditions de vie de nombreuses personnes. L’antiesclavagisme était un mouvement massif qui engageait les gens dans des organisations locales où ils se réunissaient en personne pour débattre de la politique et promouvoir une action radicale. Il s’agissait d’actions, comme le chemin de fer clandestin, dans lequel les membres du mouvement antiesclavagiste risquaient leur vie à plusieurs reprises dans le cadre d’efforts dangereux pour faire sortir clandestinement des Afro-Américains et pour les aider à organiser une terrible lutte à l’intérieur des plantations. Peu de ces sacrifices ont même été enregistrés, mais les organisations n’ont fait que gagner en puissance.

Les membres ont formé des institutions participatives et des liens pour la vie. Ils n’étaient pas obsédés par le vote aux élections, ni par la circulation de pétitions à signer. Ils savaient que de telles activités inoffensives ne feraient rien pour mettre fin au crime lucratif qu’est l’esclavage. Pour eux, leur carte la plus forte n’était pas le soutien de riches philanthropes, ou de leurs proches sur Facebook, mais plutôt leur volonté de mourir pour la cause.

Le principal militant anti-esclavagiste Frederick Douglass a écrit sur les raisons pour lesquelles les Afro-Américains devaient se battre, qu’ils le veuillent ou non. Il a noté :

“Cette lutte peut être morale ou physique, et elle peut être à la fois morale et physique, mais elle doit être une lutte. Le pouvoir ne concède rien sans la demande. Elle ne l’a jamais fait et ne le fera jamais. Découvrez ce à quoi les gens se soumettront tranquillement et vous avez découvert la mesure exacte de l’injustice et du tort qui leur sera imposé, et cela continuera jusqu’à ce qu’on leur résiste par des mots ou des coups, ou par les deux. Les limites des tyrans sont prescrites par l’endurance de ceux qu’ils oppriment”.

Qu’il s’agisse d’occuper Wall Street, Ferguson, ou des grèves contre l’oppression dans les prisons privées, de telles luttes se poursuivent en ce moment même. Aucune célébrité n’est présente. Pas de remarques d’ouverture aimables de la part des partisans du monde des affaires.

Le deuxième problème de la politique américaine est la “plainte”. La plainte est la pratique, surtout dans le journalisme, mais aussi dans nos conversations avec nos amis et notre famille, de se plaindre sans cesse de ce qui ne va pas aux États-Unis et de l’injustice des choses, mais sans offrir d’analyse approfondie, d’alternatives concrètes à la situation actuelle, de suggestions sur ce que l’auditeur peut faire pour aider.

Un tel journalisme, et un tel débat politique, découragent les citoyens. Nous sommes confrontés à des catastrophes et convaincus que nous n’avons pas d’autre choix que le désespoir. On ne peut s’empêcher de soupçonner que les puissants se réjouissent de cette “plainte” implacable.

La crise politique est aggravée parce que les médias alternatifs ne présentent pas non plus d’opportunités d’action. Ils peuvent offrir des reportages plus précis, mais les médias alternatifs n’offrent aucune suggestion quant aux endroits où vous pouvez vous rendre dans votre quartier pour discuter des problèmes et passer à l’action collective. On ne vous apprend pas comment devenir indépendant des monopoles comme Amazon, Facebook, Viacom ou Microsoft.

Le journalisme “complaisant” se concentre sur quelques “mauvaises pommes” comme Donald Trump, George Soros ou Jeff Bezos, suggérant souvent que si ces individus étaient plus attentionnés, ou plus éclairés, les problèmes pourraient être résolus.

Il n’y a aucune analyse de la façon dont la structure de l’économie encourage la cupidité et l’exploitation ou de la façon dont le contrôle des finances, de la fabrication ou du commerce par quelques-uns détermine notre réalité économique.

Nous avons des personnalités publiques, qui sont présentées dans les médias comme des penseurs indépendants, mais qui sont directement liées aux entreprises qui font fortune grâce à la guerre, ou la promotion des énergies fossiles, par le biais de leurs comptes de retraite, ou de leurs portefeuilles d’actions. Ce lien reste un tabou écrasant qui ne peut être discuté.

Cette relation incestueuse entre les personnes éduquées, qui sont censées défendre l’intérêt public, servir de chien de garde, et les entreprises est la raison pour laquelle leurs critiques sont si superficielles, si inefficaces.

Si nous nous organisons en groupes efficaces, engagés les uns envers les autres et dans la réalisation de notre objectif, nous pouvons commencer à changer l’économie et le système politique. Cette approche n’est jamais proposée comme une réponse dans le journalisme “complaisant”.

La plainte dans les médias ne peut être séparée de la dégradation radicale du discours intellectuel en Amérique. L’analyse dans les médias, dans les universités et dans les groupes de réflexion est totalement dépourvue de toute considération sérieuse sur l’histoire. Si nous parlons de la Maison Blanche ou du Congrès, il n’y a aucune discussion sur l’histoire institutionnelle de ces organisations, ni même une description de leurs fonctions. La CIA ou Google sont décrits comme s’il s’agissait des mêmes organisations qu’il y a dix ou vingt ans, sans un seul mot sur leur organisation interne ou sur leurs intérêts financiers.

Cette absence de contexte historique ne laisse au lecteur que des piles d’informations négatives. Sans une compréhension des questions plus profondes, ou une feuille de route, nous n’avons aucune idée de la direction à prendre.

Le dernier problème est la “magie”, ou la promotion des magiciens en politique.

La discussion part du principe que nous devons élire, ou suivre, quelqu’un de spécial, et que si cette personne a suffisamment de pouvoir, alors nos problèmes seront résolus.

On part du principe que notre seul rôle en tant que citoyens est de voter pour ce magicien en novembre, puis de retourner à notre vie et de laisser à ce magicien le soin de résoudre nos problèmes à notre place.

Cette rhétorique de la “magie” a été utilisée avec beaucoup d’effet dans la campagne présidentielle de Barak Obama, qui s’est articulée autour du slogan “changez” et a été promue de manière agressive par les sociétés de publicité payées par le parti démocrate.

Le financement des entreprises a fait passer le message que si nous soutenions simplement Obama, cette figure politique brillante et éloquente transformerait les États-Unis. En d’autres termes, il suffisait qu’un démocrate soit élu président pour qu’un véritable changement s’opère, après la criminalité massive de la fin des années Clinton et Bush.

C’était un mensonge éhonté. Toute véritable solution à la corruption des institutions devait impliquer les citoyens à tous les niveaux et proposer un plan de nettoyage des logements, dangereux mais essentiel.

Mais pour Obama, c’était trop facile. Tout ce que nous avions à faire était de voter pour lui et de dire aux autres quel excellent travail il ferait.

Mais voilà qu’Obama, l’agent du “changement”, cool et collectionné, s’est empressé de renflouer les banques d’affaires et de prêter main forte à l’éviscération de la réglementation financière pour récompenser ses partisans – les groupes d’intérêts financiers qui lui ont acheté une couverture médiatique.

La campagne de Bernie Sanders avait un certain attrait pour les citoyens, mais il a également été vendu comme un magicien qui résoudrait les problèmes pour nous. Sa campagne électorale a utilisé l’argent envoyé par les travailleurs pour payer les entreprises afin qu’elles diffusent des publicités coûteuses dans les primaires. Il avait peut-être de bonnes intentions, mais la campagne de Sander n’a pas investi un seul centime dans la création d’organisations citoyennes à long terme sur le terrain. De telles organisations pourraient permettre aux citoyens ordinaires de devenir politiquement autonomes afin qu’ils puissent continuer à travailler pour la réforme. Le Parti Démocrate, tout comme le Parti Républicain, cultive la dépendance. C’est ce qu’ils font. Leur demander de faire autrement, c’est comme demander à un tigre de devenir végétalien.

Le livre du Professeur Theda Skocpal “Diminished Democracy : From Membership to Management in American Civic Life” décrit comment les Américains ont cessé de participer régulièrement aux organisations locales, comme le YMCA, les Maçons, les Vétérans des guerres étrangères ou le Lion’s Club, où ils pratiquaient l’administration démocratique dans leur vie quotidienne.

Cependant, au cours des cinq dernières décennies, une culture politique de gestion a pris la place de la participation, provoquant une chute catastrophique de la démocratie et de la transparence. Cette perte de participation des citoyens a inauguré la culture politique opaque et irresponsable d’aujourd’hui.

Je vous demande si vous avez déjà été invité par le parti démocrate ou par le parti républicain à assister à un événement au cours duquel ils vous demandent votre avis ou vous permettent de participer au processus par lequel ils déterminent leur politique ?

Nous ne vaincrons pas la superficialité de l’engagement politique en Amérique en écrivant des messages sur Facebook ou en nous plaignant de la corruption de Donald Trump. Nous ne pouvons pas créer une culture politique saine en achetant des publicités télévisées pour les hommes politiques.

Nous devons construire des institutions puissantes qui sont composées de personnes au niveau local et qui travaillent quotidiennement avec ces personnes. Nous devons nous engager dans la transformation. Cela signifie qu’il faut fermer l’internet, frapper aux portes de nos voisins et reprendre l’habitude de parler avec nos amis des vrais problèmes. Personne ne peut faire ce travail pour nous.

Le philosophe japonais Ogyu Sorai a écrit :

“Dans le jeu d’échecs, il y a deux façons de devenir un maître. La première consiste à apprendre toutes les stratégies des échecs, toutes les ouvertures et les fins de parties, et à avoir une compréhension profonde qui informe chaque coup. C’est cette maîtrise qui nous est la plus familière. Mais il y a une autre façon de devenir un maître et c’est d’inventer les règles du jeu d’échecs”.

Les moments où il est possible d’établir des règles, de créer une nouvelle culture politique, sont rares et éloignés les uns des autres. Mais la crise politique actuelle aux États-Unis est si profonde et si complète, les dangers horribles qu’elle pose sont si clairs, qu’elle offre la rare opportunité d’une transformation complète. J’irais même jusqu’à dire que nous n’avons pas d’autre choix que de nous lancer dans la bataille.

Une économie démocratique

Une économie démocratique

Emanuel Pastreich

Candidat indépendant

pour le poste de Président des États-Unis

27 avril 2020

La crise COVID-19 n’est pas le résultat d’un seul virus. Aucun virus ne pourrait à lui seul créer une incertitude et une peur aussi profondes dans notre pays ; aucune maladie ne pourrait déclencher une ambivalence aussi horrible et une haine aussi indescriptible.

Non, nous sommes confrontés à l’effondrement d’un système économique qui a été tellement gonflé d’air, tellement corrompu par les produits dérivés et l’assouplissement quantitatif, tellement dilué par les rachats d’actions et autres produits financiers élaborés par des experts qui savent, mieux que vous, ce qui est dans votre intérêt. En un mot, l’économie n’a plus rien à voir avec notre vie. Elle est devenue un royaume éthéré, un royaume de tromperie où les puissants vivent dans des châteaux de nuages, sous la houlette d’experts qui pensent savoir, mieux que vous, ce qui est dans votre intérêt.

Cette “économie”, si c’est le bon mot, n’avait rien à voir avec nous, avec le travail des gens qui essaient de nourrir nos enfants. Nous assistons désespérément à la déchirure de notre pays, qui échappe à notre contrôle, à nos connaissances et à notre niveau de rémunération.

L’économie s’est effondrée, et nous devons la reconstruire.

Mais si nous essayons de restaurer la maison pourrie qui se trouvait là avant, notre avenir sera sombre.

La Réserve fédérale ne peut pas imprimer des emplois, ni imprimer de l’air pur ou de l’eau pure. En fait, tant que le gouvernement reste prisonnier des riches et des puissants, il ne peut rien faire du tout. Nous devons couper les ficelles de ce marionnettiste sournois ; nous devons créer un gouvernement, et une économie, du peuple, pour le peuple et par le peuple.

La monnaie qui entraîne la transformation rapide de notre économie est la monnaie de la peur ; elle se répand comme un horrible virus, faisant muter tout ce qu’elle touche en désespoir et en incertitude. C’est un monstrueux Midas qui détruit toute valeur et toute bonté.

Et qu’en est-il de ce chèque de mille dollars qu’ils ont dit qu’ils vous enverraient par la poste ? La poste continuera-t-elle à distribuer le courrier ? Est-ce que mille dollars permettront d’acheter la même quantité de nourriture, ou de papier toilette, dans six mois ? Il est certain que les banques d’investissement qui spéculent sur les produits dérivés n’ont pas à attendre aussi longtemps pour être payées, ni les entreprises de combustibles fossiles qui détruisent notre climat.

Mais nous n’avons pas besoin que les règles nous soient dictées par Mammon. En tant que citoyens, nous pouvons prendre le contrôle de l’économie de notre nation et la transformer. Cette transformation ne commencera pas dans les bureaux d’une commission du Sénat, ni dans les cafés branchés fréquentés par les banquiers de Blackstone ou de Morgan Stanley.

Non, la reprise après cette catastrophe ne sera pas assurée par ceux qui ont intentionnellement créé cette crise. Cette fois, le salut ne sera pas trouvé en suivant les mêmes personnes qui nous ont conduits à la ruine en 2008.

Qu’est-ce que l’économie ?

Qu’est-ce que l’économie ? Cette question semble si simple qu’elle est indigne des experts financiers qui se pavanent dans les journaux télévisés pour nous dire comment les choses doivent être, qui nous font la morale sur les taux d’intérêt et la compétitivité, tout en préparant leurs propres pécules en secret.

Concentrons-nous sur cette question cruciale que nous étions censés oublier dans la panique actuelle.

Les fondements de l’économie n’ont rien à voir avec les équations complexes produites dans la pseudo-science de l’économie dans le but de nous intimider. C’est une profonde farce que les experts supposent qu’une personne qui n’a pas fait de calcul n’est pas capable de comprendre l’économie.

Mais les bases de l’économie sont simples. Les fondements de l’économie consistent à s’assurer que nous avons tous une alimentation saine à manger, un endroit propre où vivre et un travail intéressant qui nous emploie et qui contribue au bien-être de la société. En outre, nous devrions avoir le temps de nous exprimer artistiquement, de mener une enquête spirituelle, de prendre soin de nos proches et de nos amis et de participer à la vie de notre communauté locale.

Comme nous le savons bien, ceux dont la vie a un sens spirituel, ceux qui aiment leur travail et qui se sentent à l’aise avec leur famille et leurs amis, ne ressentent pas le besoin de dépenser beaucoup d’argent ou de vivre dans une grande maison. La valeur traditionnelle de la frugalité a cependant été démolie au cours des cinquante dernières années. À sa place, les entreprises ont érigé un sanctuaire au culte du moi, à la cupidité et au narcissisme.

Cette marche vers la décadence morale est aujourd’hui menée par les super-riches. Je voudrais partager avec vous une citation décrivant les très riches par l’auteur F. Scott Fitzgerald :

“Laissez-moi vous parler des très riches. Ils sont différents de vous et de moi.

Ils possèdent et apprécient tôt, et cela leur fait quelque chose,

les rend doux là où nous sommes durs, et cyniques là où nous sommes confiants, d’une manière qui, à moins d’être né riche, est très difficile à comprendre.

Ils pensent, au fond de leur cœur, qu’ils sont meilleurs que nous

parce que nous devions découvrir les compensations et les refuges de la vie pour nous-mêmes”.

Ce qui nous est vendu comme “économie” consiste principalement en des activités spéculatives de la bourse, et en la dilapidation d’énormes sommes d’argent dans le monde entier par les banques d’investissement. Et ces banques assoiffées de sang ne sont même plus dirigées par des personnes, mais par de froids et impitoyables supercalculateurs qui calculent les profits à vingt décimales près.

Cette fausse économie encourage la consommation aveugle et dépravée ; elle nous oblige à acheter et à gaspiller de la nourriture, à conduire des voitures pour aller travailler, à regarder de la pornographie et à acheter des cosmétiques et des vêtements pour être heureux, pour avoir l’air de réussir. Cette économie des apparences a été inventée par des sociétés de relations publiques et des publicitaires pour nous faire acheter.

La consommation est au cœur de ce système économique. Mais personne n’a le droit de remettre en question cette fausse idole. On part du principe que nous devons gaspiller chaque jour, plus il y en a, mieux c’est, pour que l’économie se développe. Une grande partie de l’argent que nous payons en impôts, directement ou indirectement, finance des entreprises basées sur la consommation, et encourage les gens à consommer, et donc à détruire l’environnement. Ce processus n’apporte que peu de bonheur, mais il dévalorise notre expérience, écrasant la spiritualité, les relations personnelles et dégradant la vie en faveur de la poursuite du superficiel.

La croissance est le jumeau conjugué de la consommation qui représente par un nombre combien nous détruisons. Si nous regardons l’extinction des espèces, le réchauffement des océans, la pauvreté dans notre nation, nous pouvons constater qu’il n’y a pas de croissance réelle. Pourtant, des gratte-ciels et des centres commerciaux vides continuent d’être construits, le plastique et la viande sont expédiés inutilement à travers les océans à la recherche de richesses éphémères.

Si nous définissons l’économie en termes de croissance et de consommation, si nous supposons que la seule chose que nous pouvons faire pour améliorer les choses est d’augmenter ou de baisser les taux d’intérêt, cela signifie que votre amour pour votre famille, votre lutte morale pour un monde meilleur, votre décision d’être frugal, votre décision d’honorer les traditions de vos parents, n’ont aucune valeur. Vous êtes censé tout jeter et acheter de nouvelles choses, des choses à la mode, au centre commercial.

Il y a d’autres crimes qui se cachent derrière cette fausse économie et dont vous devez être au courant.

Vous tenez dans votre main ces morceaux de papier imprimés, ce que nous appelons l’argent. On vous a dit qu’ils avaient de la valeur. Vous pouvez les échanger pour obtenir de la nourriture, un ordinateur ou une tondeuse à gazon au magasin. Mais d’où vient cette valeur ? Pourquoi pouvez-vous faire cet échange ? Et pourquoi sommes-nous si nombreux à dépendre de sociétés, et non de personnes, pour l’obtenir ?

Autrefois, la monnaie était adossée à de l’or, et vous pouviez prendre votre argent et l’échanger contre de l’or. Mais l’Amérique a abandonné ce fonctionnement il y a longtemps.

La valeur de cet argent ne provient d’aucun contrat, d’aucun accord, entre vous et votre communauté. Cet argent est fabriqué par la Réserve fédérale, une organisation ambiguë et non réglementée gérée par des banques privées au profit d’une minorité.

Vos salaires achètent de moins en moins parce que les banques créent de l’argent de nulle part dans cette boîte noire maléfique de la finance. La destruction de vos vies ne les dérange pas du tout. En fait, elles sont heureuses que vous dépensiez d’elles. Vous avez tellement peur de perdre votre emploi que vous n’avez pas le temps de vous demander où sont passés les billions de dollars qu’elles ont créés pour payer les spéculateurs après le récent krach.

Tout l’argent qu’ils créent par magie a ouvert la porte à l’hyperinflation. Quand l’hyperinflation arrive, le coût d’un pain peut passer de 3 $ à 10 $ à 100 $, ou même à 1 000 $ en peu de temps. Cela s’est déjà produit dans des circonstances similaires.

Les médias menteurs ne vous diront rien, mais l’écriture est sur le mur. La vérité est que l’inflation pour la nourriture et les services est déjà bien, bien plus élevée que ce qui a été rapporté au cours de la dernière décennie. Vous le savez de par votre propre expérience. Vous n’avez pas besoin d’un professeur de Harvard pour vous le dire.

L’argent aujourd’hui n’est ancré dans rien. Sa valeur est déterminée par les impressions, par l’humeur et par la culture. L’argent a de la valeur dans la mesure où les gens font confiance aux États-Unis et au système mondial dans lequel il joue un rôle central. S’ils cessent de croire aux États-Unis ou à ce système mondial, notre argent ne vaudra plus grand chose.

De nombreux signes montrent que cette confiance se dissout au moment où je vous parle.

Les banquiers ont essayé de faire en sorte que le dollar conserve sa valeur tout en imprimant de la monnaie pour se remplir les poches. Ils ont utilisé deux tours de magie.

Premièrement, ils ont encouragé l’utilisation de la force militaire et cultivé le militarisme au sein du peuple. Le militarisme leur a permis de gagner des billions de dollars grâce à la vente d’armes, à la promotion de guerres inutiles et à un Pentagone qui est devenu un trou noir pour l’argent. L’utilisation de la force militaire a fait paraître les États-Unis puissants et cela a, jusqu’à présent, contribué à maintenir la valeur du dollar à un niveau élevé même s’il n’est soutenu par rien.

Mais les banquiers ont également lié le dollar au pétrole, travaillant sans cesse pour s’assurer que le pétrole est vendu en dollars américains et que les principaux producteurs de pétrole utilisent le dollar pour toutes leurs transactions. Cette création de valeur par la promotion du pétrole est de nature criminelle. Le pétrole détruit notre climat et condamne nos enfants à un avenir sombre. Pourtant, malheureusement, le pétrole définit notre économie, vous obligeant à utiliser des plastiques jetables, à conduire des automobiles, à utiliser l’électricité qu’elles fournissent.

Les entreprises paient des experts pour qu’ils prétendent que la pollution de notre environnement, qui oblige les gens à conduire pendant des heures chaque jour, est naturelle. Et le sang des jeunes Américains coule dans les guerres à l’étranger pour que l’argent puisse être imprimé avec la suinte noire du pétrole.

La dépendance de notre économie à l’égard du pétrole a été mise en évidence lors de la récente flambée des prix du pétrole. Cet événement a conduit à l’effondrement total de l’économie nationale. La dépendance forcée au pétrole signifie que les gens ordinaires ont été dévastés par d’obscures batailles entre les puissants. Des pans entiers de notre population ont vu leur vie liée par la force à l’économie pétrolière (qu’ils construisent des autoroutes, travaillent dans des raffineries, des stations d’essence ou des ateliers de réparation automobile).

Une économie du peuple, pour le peuple et par le peuple

L’économie ne s’est pas effondrée ; elle a plutôt été fondamentalement transformée de sorte qu’elle ne dessert qu’un petit groupe de riches. Nous sommes condamnés si nous suivons les conseils stupides des économistes qui nous disent que nous n’avons que le choix d’augmenter ou de diminuer le taux d’intérêt, ou d’imprimer plus d’argent, ou d’imprimer encore plus d’argent.

L’économie doit être démocratique, et elle doit être participative. Tous les citoyens doivent être informés de la véritable économie de manière transparente par un journalisme honnête, et ils doivent recevoir l’éducation nécessaire pour comprendre comment cette économie fonctionne. Il faut leur donner les moyens de produire de la valeur, de produire des biens et des services qui contribuent à la société, et les moyens d’échanger ces biens et services entre eux ou de les vendre, aux niveaux local et national.

Mais la plupart de ces activités économiques sont aujourd’hui menées par de grandes entreprises comme Walmart, des entreprises qui gagnent des dizaines de milliards de dollars pour leurs propriétaires tout en payant des salaires de misère aux travailleurs. Les travailleurs, et les “consommateurs” (comme nous appelons les citoyens qui n’ont pas le choix de l’endroit où ils font leurs achats) ne sont pas autorisés à faire des suggestions sur la façon dont ces marchés, restaurants, magasins de proximité ou autres entreprises sont gérés. Vous pouvez travailler pour une entreprise comme Walmart pendant toute votre vie, mais on ne vous donnera aucune action (aucune propriété) et vos opinions seront complètement ignorées. En fait, vous êtes encouragé à être passif, à ne penser qu’à manger, à regarder des vidéos stupides ou à lire des magazines de mode. Cette passivité n’est pas le fruit du hasard.

La richesse de ceux qui dirigent ces entreprises n’est pas le résultat de leur génie, ni de leurs innovations. Ces entreprises obtiennent des prêts massifs des banques, des prêts garantis par vous, pendant des décennies à des taux d’intérêt bas. Avec cet argent, elles peuvent mettre en faillite tous leurs petits concurrents (comme vous, ou comme le magasin familial de vos parents) de manière brutale. À vrai dire, si les grandes chaînes de magasins n’avaient pas tout cet argent gratuit, leurs magasins inefficaces, gaspilleurs et corrompus ne pourraient pas concurrencer une économie locale saine gérée par la population.

Et n’oubliez pas que lorsque ces banques, qui ne sont ni démocratiques ni transparentes, impriment leur propre argent de nulle part, elles réduisent ainsi la valeur de votre argent.

Mais il peut y avoir une économie qui nous apporte une grande richesse sans destruction écologique et spirituelle. Nous pouvons construire des maisons qui durent cinq cents ans. Nous pouvons utiliser des meubles qui durent cent ans, et porter des vêtements qui durent trente ans. Nous pouvons partager des outils et des compétences avec nos voisins – et ainsi réduire notre dépense tout en améliorant notre santé. Nous n’avons pas besoin d’une quatrième révolution industrielle destructrice qui utilise l’IA pour nous rendre dociles.

Si nous avions une économie démocratique, vous auriez autant le droit, plus le droit, d’obtenir un prêt que Walmart. Si vous vouliez des panneaux solaires, ou une éolienne, qui vous permettent de produire votre propre énergie et donc de sauver notre planète, et d’être ainsi indépendants des compagnies pétrolières qui nous en veulent, alors la banque, dont vous seriez membre, vous prêterait l’argent dont vous avez besoin via un prêt à faible taux d’intérêt sur 50 ans. Cela rendrait l’énergie éolienne, ou l’énergie solaire, moins chère que les dangereux combustibles fossiles que les banques veulent vous verser à la gorge.

Il n’y aura plus de lavage de cerveau perpétré sur nous par les sociétés de publicité qui encouragent le narcissisme, le culte de soi et la consommation aveugle. Ce dangereux commerce a détruit des familles et a déchiré nos quartiers.

Beaucoup d’entre nous, la plupart d’entre nous, sont maintenant au chômage ; nous nous retrouvons enfermés chez nous. Nous sommes rendus encore plus dépendants d’un gouvernement corrompu. Soudain, nous avons besoin que quelqu’un nous envoie un chèque pour nous aider à acheter de la nourriture.

C’est l’étape qui précède l’économie d’esclave. Mes paroles sont si dures que beaucoup ne veulent pas les entendre. Ils veulent rejeter des propos tels que ceux des théoriciens de la conspiration. Mais c’est là que nous nous trouvons aujourd’hui.

Que faisons-nous ?

Il y a deux étapes essentielles à la création d’une économie démocratique, participative et durable.

Premièrement, nous devons nous organiser au niveau local pour créer de véritables villages composés des membres de notre communauté. Nous transcenderons l’ethnicité et la culture, en travaillant ensemble pour le bien commun. Ces communautés créeront leur propre valeur et planifieront leurs propres activités. Elles ne laisseront pas les banques et les sociétés multinationales s’immiscer. À terme, nous créerons leurs propres banques et coopératives qui seront entièrement indépendantes. La première étape consistera à signer un contrat entre les membres individuels de nos communautés et à organiser une série de réunions pour nous où nous, les politiciens non surpayés, nous nous réunirons, nous réfléchirons par nous-mêmes à ce qui doit être fait et à la manière dont nous allons le faire.

La deuxième étape consistera à créer des institutions locales, nationales et internationales au sein du gouvernement et de la société civile, qui protégeront les efforts des citoyens contre l’ingérence des riches et des puissants. Le gouvernement doit être transformé en une institution capable de saisir les billions de dollars détournés par les riches et de garantir que le processus décisionnel de notre pays n’est jamais à vendre.

Mais nous ne devons pas être naïfs. Les gouvernements peuvent être utilisés pour rétablir la démocratie et l’égalité, mais ils peuvent tout aussi bien être utilisés à des fins néfastes. En outre, même les réformateurs les plus courageux peuvent être accablés, ou mis dans une cage dorée, s’ils tentent d’apporter des changements révolutionnaires, voire de petites améliorations, dans un système corrompu.

Nous ne pourrons pas mettre en œuvre des politiques au niveau national et international si nous ne bénéficions pas d’un soutien puissant de la part des citoyens au niveau local, qui sont organisés et informés. Ils ne seront pas organisés pour une élection éphémère, mais plutôt pour se battre chaque jour pour une économie honnête et juste.

Nos groupes participatifs et démocratiques créeront notre propre économie, une économie honnête, transparente et éthique.

Nous n’avons pas besoin, et n’attendons pas, l’approbation ou le soutien de Washington, ni d’aucune figure d’autorité. Si votre organisation est administrée comme un gouvernement éthique et engagé, alors le “soi-disant” gouvernement commencera à apprendre de vous, à s’inspirer de vous. Ce serait une façon bien plus intelligente de changer notre pays que d’élire des magiciens.

Contrairement aux États-Unis d’il y a soixante ans, la plupart d’entre nous n’ont littéralement aucun moyen de produire localement de la nourriture, des meubles ou des outils. Tout cela a été enlevé lors des abominables rites tenus pour satisfaire les dieux obscurs de la technologie et de la mondialisation. Nous achetons des articles inutiles parce que les médias nous disent que nous devons être plus à la mode, plus modernes, que nos voisins.

Nous ne reconnaissons pas l’autorité des banques, des milliardaires et autres acteurs d’élite pour créer de l’argent de nulle part et le répandre sur leurs amis.

Cette fois, nous n’allons pas payer la caution de ces criminels ; non, mon administration va confisquer tous les avoirs qu’ils ont amassés illégalement et d’annuler tout l’argent factice qu’ils ont créé avec leurs copains de la Réserve fédérale. En vérité, la fête est terminée.

Nous allons construire une économie partagée entre nous, les citoyens, une économie que nous créons et développons, au niveau local et au niveau national, et grâce à la coopération avec d’autres citoyens du monde entier, des gens comme nous.

Vous savez bien mieux que les banquiers d’élite, les gens qui spéculent sur les contrats à terme et les devises étrangères, ce qui est nécessaire pour une économie saine et pour votre communauté.

Je suis certain qu’une fois que vous serez aux commandes, vous ressentirez un profond sentiment d’engagement pour aider vos enfants et vos voisins. S’il y a un profit à tirer de la nourriture que vous mangez, ou des outils que vous utilisez, ce profit devrait revenir à vous, à vos enfants et à vos voisins – et non aller aux spéculateurs.

Et qu’en est-il de cette pandémie COVID-19 ? Elle est devenue une aubaine pour les riches et les puissants. Les plus riches d’Amérique ont ajouté 280 milliards de dollars à leur pile, tout comme de nombreux Américains se retrouvent enfermés chez eux, confrontés à la possibilité, pour la première fois depuis les années 1930, de mourir de faim.

Mais s’il vous plaît, M. le banquier, ne vous méprenez pas ! Je comprends tout à fait votre position. Vous avez fait une telle fortune avec COVID-19 que je suis sûr que vous pouvez à peine attendre COVID-20 ! Vous aimeriez avoir plus de vaccins contre les virus, mais certainement pas contre les parasites.

Permettez-moi de conclure par quelques mots sur notre campagne. Un ami proche m’a demandé hier d’où provenait notre financement. Elle m’a répondu qu’il est impossible pour un indépendant, surtout s’il n’est pas populaire auprès des riches, des puissants, des lobbyistes et des consultants, de réunir les fonds nécessaires à une campagne.

C’est ce que je lui ai dit,

“J’ai découvert un fait remarquable l’autre jour. J’ai découvert que la chose la plus précieuse au monde est la vérité et que même si l’on peut en payer un prix terrible, en termes monétaires, la vérité est absolument gratuite. En fait, la vérité vous rendra libre”.

Annonce de ma candidature à la présidence de Facebook

french Facebook, Republic of-fre

“Annonce de ma candidature à la présidence de Facebook”

3 avril 2016

par Emanuel Pastreich

 

Chers citoyens de Facebook:

Facebook, c’est beaucoup plus que les batteries de serveurs de Mark Zuckerberg et son armée de codeurs. Facebook constitue pour nous aujourd’hui le moyen le plus efficace de communiquer et de former des réseaux de collaboration au-delà des frontières nationales. Facebook est un réseau international sans précédent de gens qui pourraient contribuer fortement à résoudre les défis de notre époque si on le leur permettait. Le temps est venu pour nous de déclarer notre indépendance vis-à-vis de l’empire qui nous contrôle.

L’Internet est souvent conceptualisé comme une série de couches distinctes qui vont de la couche 1, les connexions matérielles des fils et des câbles qui soutiennent nos communications, à la couche 7, qui est le fonctionnement des applications sur l’Internet. Mais la communauté mondiale de Facebook se situe à un niveau plus élevé que la couche 7: à la couche 8, formée par l’application de la toile; couche culturelle, sociale et politique qui n’est qu’indirectement liée aux sept couches précédentes .

Quand je parle de ma candidature à la présidence de Facebook, je me réfère au plus haut niveau de Facebook: à la couche 8, la République de Facebook, que nous, ses citoyens avons créée et sur laquelle Facebook Incorporated n’a pas la domination. Mais Facebook Incorporated cherche activement à saper nos efforts visant à créer une communauté démocratique et constructive, en rendant impossible la récupération des anciens posts – nous privant ainsi de l’accès à nos propres créations, nous privant d’un graphe social interrogeable, significatif pour trouver des partenaires souhaités dans le monde et nous empêche de concevoir nos propres pages. Facebook Incorporated n’a même pas écouté nos suggestions d’amélioration.

Mark Zuckerberg se concentre exclusivement sur des profits et n’écoute pas nos demandes. Je me risquerais à dire qu’il ne le fera jamais de lui-même. Nous devons déclarer Facebook indépendant et nous devons le planifier et l’administrer de façon à répondre aux besoins de ses citoyens à travers le monde.

Il y a eu des efforts ad hoc en utilisant Facebook pour effectuer des changements à échelle humaine et internationale, comme « Les humains de New York » (http://www.humansofnewyork.com/) mais c’est à une petite échelle. Le monde a besoin d’efforts plus grands, plus coordonnés: une organisation administrative fonctionnant pour Facebook. Nous ne parlons pas de l’administration du système. Nous parlons d’un mécanisme par lequel les citoyens pourraient avoir leurs idées, suggestions et besoins pris en compte, un Facebook dont la fonction principale serait de permettre à ceux qui l’utilisent de collaborer entre eux pour l’amélioration de notre monde. L’évolution future de Facebook ne devrait pas être liée au profit pour les actionnaires mais plutôt à son potentiel pour amener la paix dans le monde et encourager la coopération mondiale en réponse aux défis tels que le changement climatique, les réfugiés, la prolifération des armes et la désintégration d’un système administratif fondé sur le droit dans les pays à travers le monde. Read more of this post

“Appel à la raison à l’occasion du 60e anniversaire du manifeste Russell-Einstein” (Le Huffington Post)

Le Huffington Post

“Appel à la raison à l’occasion du 60e anniversaire du manifeste Russell-Einstein”

24/07/2015

Emanuel Pastreich

 

http://www.huffingtonpost.fr/emanuel-pastreich/appel-a-la-raison-a-loccasion-du-60e-anniversaire-du-manifeste-russell-einstein_b_7854938.html

 

 

INTERNATIONAL – Soixante ans après qu’Albert Einstein et Bertrand Russell aient publié leur manifeste à propos de la menace croissante de guerre mondiale, le monde continue de faire face à la perspective d’un anéantissement nucléaire couplée à la menace du changement climatique.

C’était il y a 60 ans : Bertrand Russell et Albert Einstein se réunissent avec un groupe d’intellectuels à Londres pour rédiger et signer un manifeste qui met le lecteur en garde contre la course vers un affrontement entre les blocs communistes et anti-communistes. Parmi les signataires de ce manifeste, deux prix Nobel figurent: Hideki Yukawa et Linus Pauling.

Les auteurs livrent un texte sans concession, assimilant la marche vers la guerre et l’utilisation d’armes nucléaires capables d’effacer les Etats-Unis et l’Union soviétique de l’époque, à une menace pour l’humanité entière. Le manifeste montre que les progrès de la technologie, en particulier l’invention de la bombe atomique, ont mis l’histoire humaine sur une voie nouvelle et probablement désastreuse.

Le manifeste, abrupt, pose le choix qui s’offre à l’humanité:

“Voici donc le problème que nous vous présentons, dans ce qu’il a d’austère, de terrible et d’inéluctable : allons-nous mettre fin à l’espèce humaine ; ou l’espèce humaine est-elle prête à renoncer à se faire la guerre ?”

Le Manifeste Russell-Einstein eut pour conséquence une réorientation de la stratégie dangereuse des Etats-Unis. Ce fut le début d’une réflexion sur la notion de sécurité qui mena à la signature du traité de non-prolifération des armes nucléaires en 1968 et à des négociations dans les années 1970 sur le contrôle des armements.

Aujourd’hui, ces avancées sont loin derrière et sont en voie d’être abandonnées. Les Etats-Unis ont complètement oublié les obligations du traité de non-prolifération. L’expression “contrôle des armes” a disparu des discussions sur la sécurité. L’année passée les affrontements entre les Etats-Unis et la Russie en Ukraine sont allés si loin que de nombreux commentateurs parlent de risque de guerre nucléaire.

Résultat, le 16 juin dernier, la Russie a annoncé l’ajout de 40 nouveaux missiles balistiques intercontinentaux pour répondre aux investissements de modernisation des forces nucléaires consentis par les États-Unis au cours des deux dernières années.

Des tensions similaires sont apparues entre le Japon et la Chine sur les îles Senkaku/Diaoyutai et entre les Etats-Unis et la Chine sur la mer de Chine du Sud. Les discussions sur la possibilité d’une guerre avec la Chine dans les médias occidentaux sont de plus en plus fréquentes, et une militarisation des relations américaines avec l’Asie est en train d’émerger.

Mais cette fois, les dangers de la guerre nucléaire sont augmentés par une menace égale ou supérieure : celle du changement climatique. L’amiral Samuel Locklear, commandant du Commandement du Pacifique des États-Unis, déclarait dans un article du Boston Globe en 2013 que le changement climatique “est probablement la chose la plus probable que qui va se passer… qui va remettre en question la sécurité à un niveau bien supérieur aux autres scénarios envisagés.”

Plus récemment, le Pape François a publié une analyse franche et détaillée, dans un encyclique consacrée à la menace du changement climatique :

“Il est remarquable de voir la faiblesse des réponses politiques internationales au changement climatique. Par conséquent, tout ce que nous pouvons attendre, c’est de la rhétorique superficielle, des actes sporadiques de philanthropie et des expressions sommaires de préoccupation pour l’environnement, alors que toute véritable tentative par des groupes, au sein de la société, visant à introduire un véritable changement, est considérée comme une nuisance basée sur des illusions romantiques ou un obstacle à contourner.”

Récemment, alors que le 60e anniversaire du Manifeste Russell-Einstein approchait, je suis devenu de plus en plus perturbé par l’inertie complète des milieux éduqués et connectés face à cette situation. Sans doute la plus dangereuse de l’histoire moderne et peut-être de l’histoire humaine. Plus sombre encore que la catastrophe envisagée par Russell et Einstein. Non seulement nous sommes confrontés à la probabilité accrue d’une guerre nucléaire, mais il y a des signes que le changement climatique progresse plus rapidement que ce que nous pensions. Le magazine Science a récemment publié une étude qui prédit une destruction marine massive si nous ne nous détournons pas des tendances actuelles. Les glaciers de l’Antarctique Sud, pensés comme plus stables, fondent beaucoup plus rapidement que prévu. Pourtant, nous ne voyons pas le moindre effort de lutte contre cette menace de la part des grandes puissances.

Je discutais de mes préoccupations avec mon ami John Feffer, directeur de Foreign Policy in Focus et associé de l’Asia Institute. John a beaucoup écrit sur la nécessité d’identifier les changements climatiques comme la principale menace de sécurité. Et il a travaillé en étroite collaboration avec Miriam Pemberton de l’Institut For Policy Studies sur les efforts nécessaires pour détourner les Etats Unis de l’économie militaire. Avec John, nous avons travaillé sur une version du manifeste adaptée à la situation du changement climatique, un problème qui n’était pas encore formulé en 1955. Nous avons tourné le manifeste en une pétition que nous vous invitons tous à signer. Cette nouvelle version du manifeste est ouverte à la participation de tous, elle ne s’adresse pas seulement à une élite de Prix Nobel.

J’ai aussi discuté avec David Swanson, un ancien collègue de mes années passées à travailler sur la campagne du démocrate Dennis Kucinich en 2004. David est désormais Directeur de World Beyond War, une organisation qui cherche à créer un consensus sur le fait que la guerre n’a plus sa place dans la culture humaine. David a proposé de présenter le manifeste à un large groupe d’activistes et nous nous sommes mis d’accord pour que Foreign Policy in Focus, le Asia Institute et World Beyond War soient co-sponsors du manifeste mis à jour. Read more of this post

“Un professeur américain voit dans les traditions oubliées de la Corée les réponses pour l’avenir” (Français)

 

“Un professeur américain voit dans les traditions oubliées de la Corée

les réponses pour l’avenir”

KOREA.NET

17.06.2013

Emanuel Pastreich, connu à Séoul sous son nom coréen de Lee Man-yeol, vit en Corée depuis plus de six ans. Professeur à la Faculté d’Etudes internationales de l’Université Kyung Hee, il a fondé l’Institut d’Asie. Durant ses études à Yale, E. Pastreich a commencé à se spécialiser sur l’Asie. Il a poursuivi ses études à Harvard, puis à l’Université de Tokyo et à l’Université Nationale de Séoul. C’est alors qu’au fil de ses recherches comparatives, il a développé une affinité particulière pour la culture coréenne. Il vient récemment de traduire en anglais les nouvelles de l’intellectuel et écrivain Park Ji-won (1737∼1805).

Emanuel Pastreich est un passionné de culture et de littérature de la Dynastie Joseon (1392-1910), période que les Coréens ont, selon lui, par trop mésestimée dans leur course en avant vers la modernité. Dans le nouveau livre qu’il rédige actuellement, il explique que la culture traditionnelle peut jouer un rôle fondamental dans la société contemporaine. A cet égard, cet ouvrage intitulé «Une Autre Corée» présente des facettes méconnues de la Corée qui, selon lui, peuvent s’avérer utiles s’agissant des problèmes contemporains. Le livre sera publié en Corée en juillet 2013.

C’est dans un café de Séoul qu’il affectionne tout particulièrement que j’ai rencontré ce chercheur américain, que nous pourrions qualifier de «globetrotteur du 21ème siècle». Cet homme au regard bleu clair cerclé de fines lunettes, qui approche la cinquantaine, m’a fait part, dans un coréen parfait, de ses réflexions sur les écrits de l’époque Joseon, peu connus de la plupart des Coréens, sans oublier les romans pré-modernes chinois comme «Fleur en Fiole d’or» (Jin Ping Mei) et «Rêve dans le Pavillon Rouge» (Hóng Lóu Mèng), de même que les écrits japonais, tels que le genre yomihon de la période Edo (1603–1867). Ainsi, la conversation a-t-elle reflété sa connaissance approfondie de la tradition coréenne, son immense érudition s’étendant de la pensée et de la littérature de la Dynastie Joseon à la société coréenne contemporaine. Read more of this post