« Le procès de destitution : Pour la défense de Donald Trump »

« Le procès de destitution : Pour la défense de Donald Trump »

Emanuel Pastreich

Note de l’éditeur de Global Research

Nous ne sommes pas des partisans de Trump, loin s’en faut, et le Dr Emanuel Pastreich, auteur de cet article incisif et opportun, non plus.

Au cours de la présidence Trump, nous avons publié diverses opinions, dont la plupart constituent une critique des échecs, des abus et des actes illégaux commis par l’administration Trump.

Nous sommes basés au Canada. Nous ne sommes pas impliqués dans la politique bipartisane aux États-Unis. Ni les Républicains ni les Démocrates ne servent l’intérêt du peuple américain.

Nous publions diverses opinions sur la politique intérieure américaine et la politique étrangère américaine. Dans certains cas, nous pouvons être en désaccord avec les auteurs que nous publions. Nous n’imposons cependant pas de ligne éditoriale à nos auteurs.

Michel Chossudovsky, Global Research, 9 janvier 2021

Les avocats employés par Donald Trump ont amassé une pile impressionnante d’arguments pour le défendre contre les accusations selon lesquelles il aurait incité une foule de ses partisans à organiser une insurrection armée dans le but d’empêcher la sélection de son adversaire démocratiquement élu. Il n’est pas populaire dans l’inconstante féerie de Washington D.C. de défendre Donald Trump, et encore moins de le louer. Mais en cette triste heure de l’histoire de notre nation, c’est précisément ce qu’il faut faire.

Malheureusement, il est peu probable que le procès en destitution prévu pour le 9 février aborde les véritables violations de la Constitution par l’administration Trump, ou les réalisations importantes de Donald Trump au cours de son mandat.

Comme le dernier procès de destitution qui s’est concentré sur une collusion russe ambiguë et amorphe, et a laissé intacte la criminalité de l’ensemble de l’exécutif (sur lequel Trump avait peu de contrôle).

Ce procès n’a qu’un seul but : servir d’avertissement à tous les politiciens américains que le système est prêt à les goudronner et à les plumer, à les attaquer pour des choses qu’ils n’ont pas faites, puis à les faire tomber avec le monde entier comme public captif.

En d’autres termes, le Président des États-Unis dans les années à venir ressemblera aux empereurs de l’empire romain dont les règnes ont rarement duré plus de quelques années : des hommes qui ont été battus par les généraux comme un chat joue avec une souris.

Le pouvoir exécutif tentaculaire a pour tentacules des sociétés de conseil, des entrepreneurs de l’armée et des forces de l’ordre, ainsi qu’une multitude de syndicats de lobbying qui considèrent la corruption comme une journée de travail bien remplie. Aucun de ces acteurs ne sera jugé pour la Saint-Valentin. Reprocher leurs péchés à Donald Trump, puis présenter au monde le “pay to play” Joe Biden comme une bouffée d’air frais progressiste, est une véritable alchimie.

Malgré tous ses péchés, qu’il s’agisse de son mauvais goût vestimentaire, de l’intérieur de ses hôtels, de ses liens avec le crime organisé ou de sa soumission à un public avide de sensationnel, Trump était un homme qui essayait simplement de déjouer le système de l’intérieur pour son bénéfice personnel, mais aussi pour certains principes honorables. Malheureusement, il est devenu prisonnier du système au cours de ce processus. Il est accusé de péchés inventés ou exagérés, ses véritables erreurs sont passées sous silence et ses véritables réalisations sont ignorées.

Le cas de Donald Trump

Donald Trump, un homme qui n’avait jamais exercé de fonction publique avant de devenir président, un homme qui ne connaissait pas grand-chose à la politique fiscale et sociale, ni aux relations internationales, un homme qui était obligé de se tourner vers une poignée d’acteurs politiques, et vers les multimilliardaires rusés derrière les rideaux, pour obtenir des conseils dans sa “bataille avec l’État profond” – un spectacle parfait pour Le Sahara – était à la fois pathétique et tragique.

Je conteste, cependant, l’hypothèse selon laquelle Trump était intrinsèquement moins qualifié que Hillary Clinton, Barak Obama ou Joe Biden, trois individus profondément liés à la finance mondiale, aux fabricants d’armes et à une foule d’autres organisations parasites qui s’acharnent à détruire les États-Unis pour le profit. Le fait que ces acteurs mondiaux aient interagi avec ces hommes prétendument nobles par l’intermédiaire du Belfer Center for Science and International Affairs de l’université de Harvard n’a en rien atténué leur caractère criminel. Aucun de ces politiciens n’aurait jamais dû être considéré comme candidat à ce poste.

La récente orgie de couverture médiatique au sujet de Trump n’a rien à voir avec ses véritables erreurs, mais est plutôt un stratagème cynique pour faire paraître légitime l’État policier COVID-19 de l’administration Biden, teinté de progressisme, et aussi pour créer un nouvel ennemi pour l’imagination du public : le supporter raciste ignorant de Trump portant le chapeau MAGA.

Cette dernière création est le premier pas vers la désignation de toute personne qui remet en question les conspirations criminelles qui battent leur plein aujourd’hui par le terme de “terroriste national” et son enfermement si le “tsar de la réalité” nouvellement nommé le juge bon.

L’ascension de Trump au pouvoir politique est le résultat de son succès dans la promotion immobilière, de sa gestion de casinos, de ses spéculations dans diverses affaires louches et de son utilisation efficace de la télévision à sensation pour gagner un public fidèle. Il n’est pas nécessaire d’expliquer qu’on ne peut pas être impliqué dans la construction et les casinos à ce niveau sans être lié au racket et au blanchiment d’argent, à la prostitution et au crime organisé.

Mais les Démocrates et les Républicains qui ont empoché de l’argent de banques d’investissement mondiales qui s’enrichissent en faisant la promotion de la guerre (au nom de la paix), qui font passer de dangereux accords de libre-échange et qui ont participé au viol de la Réserve fédérale, sont encore plus diaboliques.

Le visage de Trump est plus honnête que celui des diplômés de l’Ivy League, cultivés, sensibles à la culture et à la diversité ethnique, qui ont utilisé leur image empathique pour nous cacher la guerre brutale que ces institutions financières mondiales mènent contre les gens ordinaires.

Donald Trump s’est rendu coupable de violations de la Constitution et de la loi fédérale au cours de son administration qui méritent une destitution. Point barre.

Dans le même temps, cependant, George H. W. Bush, Bill Clinton, George W. Bush et Barak Obama se sont tous rendus coupables de nombreux actes en violation de la Constitution et de la loi fédérale qui méritent la destitution. En fait, la vraie question est de savoir pourquoi les intellectuels américains ont décidé de laisser la branche exécutive gonflée, tentaculaire et putride s’en tirer avec toute cette criminalité institutionnalisée.

Les membres démocrates et républicains du Congrès qui se rassembleront comme des chacals pour le procès en destitution, des hommes et des femmes qui ont détourné le regard lorsque les puissances financières mondiales ont volé 10 000 milliards ou plus à la Réserve fédérale et qui ont ensuite eu le culot de dire que la crise économique était le résultat du COVID19, devraient être jugés eux aussi.

Les erreurs tragiques de Trump

La décision de Trump de se présenter aux élections présidentielles remonte au dîner des correspondants de la Maison-Blanche, le 30 avril 2011. Il a fait l’objet de moqueries acerbes de la part de Barak Obama qui avait l’intention de l’humilier en public et de détruire sa carrière politique.

La colère de Trump était inscrite sur son visage car il n’est pas un politicien.

Pourquoi Trump était-il si furieux ?

Personnellement, je ne suis pas convaincu que le “Mouvement Birther” de Trump, qui a tenté de prouver qu’Obama n’était pas un citoyen américain et qu’il était un musulman secret, était approprié ou exact. En fin de compte, je ne sais pas.

Je crains toutefois que de nombreux Américains ne comprennent pas les motivations sous-jacentes de cette campagne. La stratégie était sensationnaliste, comme le catcheur professionnel dans l’âme qu’est Trump, mais les moyens d’attaque politique que Trump a employés n’étaient pas entièrement son choix.

La plupart des accords corrompus conclus par l’administration Obama avec la finance mondiale sont protégés de l’examen public parce que les transactions ont été rendues classifiées, ou parce que des accords de non-divulgation rendent impossible de rendre ces crimes publics. Dans de nombreux cas, une loi secrète adoptée par le Congrès rend illégale la discussion de ces actions corrompues. L’ère post-Bush en Amérique est définie par une politique de l’indicible.

Trump s’en est pris à Obama sur la question du birther, et à Biden sur la fraude électorale, non pas parce que c’était nécessairement sa carte la plus forte, mais parce que c’était la seule carte qu’il était autorisé à jouer, la seule chose que les médias allaient rapporter.

C’est l’attitude d’Obama ce soir-là qui a irrité Trump. Obama, un homme parachuté dans la campagne présidentielle de 2008, sorti de nulle part pour servir les intérêts des super-riches, a affiché un mépris évident pour Trump et ses partisans.

Trump voulait épingler le rusé Obama pour sa corruption flagrante, mais il n’a pas pu.

Lorsque Trump a condamné ouvertement les guerres étrangères, il a été qualifié de nazi en herbe par la presse libérale. Obama, en revanche, a couvert ses propos sur les interventions à l’étranger pour ne pas froisser General Dynamics et a reçu le prix Nobel de la paix 2009 pour avoir embrassé le militarisme américain et renoncé à sa tiède critique de la guerre en Irak.

Se présenter à la présidence en tant qu’outsider était le meilleur moyen de se venger, s’est dit Trump, que devenir le président qui remplacerait ce jouet bien entretenu des élites financières serait savoureux, comme le disent les Français “La vengeance est un plat qui se mange froid”.

Trump savait que s’il voulait remporter la présidence en tant qu’outsider, il devait puiser dans la colère qui bouillonnait à cause de la corruption à Washington D.C. et de la politique élitiste d’Obama. Une partie de cette réponse avait des connotations racistes, mais une grande partie n’en avait pas.

Bien que Trump ait de l’argent, il était un petit poisson dans le milieu de plus en plus décadent de Washington. Une fois rentré à l’hôtel Trump après le brutal “rôti” d’Obama, il a réfléchi aux acteurs de pouvoir qu’il pourrait rallier à sa cause et qui seraient capables d’égaler le soutien des banques d’investissement sur lesquelles les démocrates (et les républicains) comptaient pour se hisser au sommet du jeu de l’argent.

Il a dressé une liste d’outsiders affamés qui étaient prêts à prendre un risque sur sa rhétorique populiste parce qu’eux aussi n’avaient pas l’influence politique qu’ils estimaient que leur argent méritait. Bien qu’il y en ait eu d’autres, identifions quatre groupes importants de partisans qui ont poussé fort pour que Trump soit sur la carte, et qui n’avaient que faire de son opposition au libre-échange ou de ses appels aux travailleurs.

Ces quatre groupes, cependant, ne se souciaient pas de Donald Trump personnellement, et lorsqu’il a été piégé à la fin de sa présidence pour être diagnostiqué avec le faux “COVID19” et ensuite accusé d’avoir lancé le faux drapeau “Insurrection du Capitole” dirigé par un clown, ces forces n’avaient aucun intérêt à l’aider.

Je soupçonne que Trump a pensé que, tel un maître surfeur, il pourrait d’une manière ou d’une autre surfer sur les vagues convergentes qui seraient libérées par ces puissances et faire avancer cette “bande de rivaux” afin d’obtenir quelque chose de valable tout en améliorant sa propre marque.

Les quatre groupes suivants ont vu en Trump une chance de secouer Washington et d’obtenir leur part du gâteau.

David et Charles Koch

Les frères Koch ont versé leurs milliards de charbon et de pétrole dans le financement de l’idéologie “libertaire” comme un moyen de cacher la fin de la réglementation des entreprises sous la peau de mouton de la “liberté” individuelle. Le résultat a été une augmentation massive de la pollution et la fin de la politique environnementale aux États-Unis.

Les frères Koch ont été remarquablement créatifs. Ils ont mis en place un think tank sournois, le Charles Koch Institute, qui a séduit divers intellectuels “anti-guerre” grâce à ses gros financements et à son exposition médiatique, et a ainsi donné une légitimité à leur programme d’entreprise.

Les frères Koch ont soutenu Trump, et l’ont présenté à leur représentant Mike Pompeo (qui avait des liens étroits avec la droite chrétienne) en échange d’une promesse de Trump de sortir le gouvernement de l’activité de réglementation et de mener des politiques ridicules concernant le changement climatique. Les frères Koch voulaient obtenir le même respect à Washington DC que les acteurs mondiaux comme Exxon et BP et s’immiscer dans la politique énergétique qui était auparavant déterminée par les grandes entreprises.

Betsy (Prince) DeVos et Erik Prince

Bien que le début de la relation entre Trump et la famille Prince reste opaque, Betsy (Prince) DeVos, épouse de l’héritier de la fortune Amway, et son frère Erik Prince, PDG de la société de mercenaires privés Academi, se sont attachés à Trump très tôt et lui ont donné un grand coup de pouce.

Betsy (Prince) DeVos a exigé d’être nommée secrétaire à l’éducation et a utilisé ce poste pour détruire l’éducation publique dans le cadre d’un plan plus vaste visant à transformer toute l’éducation en une industrie à but lucratif et à rendre une grande partie de la population si peu éduquée qu’elle serait incapable de s’opposer à la prise de contrôle de l’Amérique par les entreprises. Les problèmes de l’éducation, cependant, étaient un effort bipartisan des 30 dernières années et non la création de Betsy DeVos.

Trump l’a laissée faire ce qu’elle voulait sans presque aucune interférence.

Erik Prince a demandé une chance de pousser à la privatisation radicale de l’armée qui permettrait à ses groupes de mercenaires d’obtenir des contrats pour des travaux auparavant limités à l’armée elle-même, ou aux grands entrepreneurs militaires. Le soutien précoce à Trump a donné carte blanche à Erik pour étendre ses opérations mercenaires dans le monde entier, ce qui l’a amené à se battre sérieusement avec des officiers militaires.

Les Princes ont également lié Trump à un autre acteur important, Robert Mercer, le PDG de Renaissance Technologies. Le “milliardaire silencieux” Mercer a soutenu les stratégies innovantes de Steve Bannon pour susciter un soutien politique par le biais de reportages racistes et anti-immigrés dans son Breitbart News (mélangés à une bonne dose de vérité) et il a jeté les bases du décollage médiatique soudain de Trump.

 Le magnat du casino Sheldon Adelson

Donald Trump avait des liens avec Israël par l’intermédiaire de son gendre Jared Kushner et par des interactions avec divers hommes d’affaires sionistes depuis longtemps (y compris des liens avec la Russie), mais il n’a pas pris de positions fortes sur la politique israélienne. Il a également reçu le soutien dans sa campagne de nombreux Américains profondément hostiles à l’influence israélienne à Washington D.C. et qui ont exigé une enquête sur l’incident du 9.11 et le rôle d’Israël.   

Mais le vieil ami de Trump, Sheldon Adelson, était un homme aux poches profondes, aux relations solides en Israël et à l’esprit stratégique nécessaire pour faire passer Trump en tête. Adelson est l’un des grands patrons des casinos dans le monde et a probablement été l’une des personnes que Trump a appelées dès le début. Il a apporté son soutien enthousiaste et ses appels téléphoniques ont rendu l’offre de Trump viable.

Adelson a rapidement mis Trump en contact avec des figures centrales du sionisme chrétien, comme John Hagee, qui soutenait inconditionnellement les politiques les plus radicales d’Israël, et il a fait de Mike Pompeo (également lié aux frères Koch) un acteur politique central. Adelson a probablement aussi joué un rôle en présentant à Trump un autre sioniste chrétien en pleine ascension, le vice-président Mike Pence.

Les églises sionistes chrétiennes à travers les États-Unis jouent un rôle essentiel dans l’apport de votes et la collecte de fonds pour les causes conservatrices. La volonté de Trump d’embrasser les exigences extrêmes de ces églises a permis aux ministres de ces églises de le soutenir malgré ses multiples mariages et ses valeurs laxistes et indulgentes.

Adelson n’a pas passé ces heures à son rolodex pour rien. Il a obtenu une administration (à défaut d’un Trump) qui embrasse aveuglément Israël, et accorde un soutien total à tout conflit militaire israélien avec l’Iran.

Le lobby de la “guerre contre la Chine »

La promotion des conflits militaires et la vente de systèmes d’armes hors de prix est un spectacle bipartisan exquis et même les pacificateurs ne peuvent fonctionner au Congrès sans le feu vert des grands. Pour un outsider total, avec une réputation peu impressionnante et aucune expérience politique, il n’y avait pas beaucoup de place à l’auge pour Trump.

Un peu de flair, cependant, a révélé qu’il y avait un groupe dans le complexe militaro-industriel qui était extrêmement mécontent malgré le budget de la défense gonflé et qui cherchait quelqu’un pour défendre leur cause impopulaire pendant les années Obama.

Ce groupe était constitué des fabricants d’armes qui fournissent les gros équipements lourds tels que les porte-avions, les avions de chasse, les armes nucléaires et les systèmes de défense antimissile.

La “guerre contre le terrorisme” de Donald Rumsfeld a introduit le concept dangereux de “révolution dans la guerre” et une grande partie de leur matériel encombrant a été considérée comme dépassée par une nouvelle génération d’experts en sécurité.

Le nouvel accent mis sur le renseignement a engraissé leurs rivaux et leur a coûté quelques gros contrats militaires, le Pentagone imitant de plus en plus la CIA.

En outre, la pression exercée par les nouveaux venus, comme Boston Robotics, pour les exclure définitivement et faire des satellites, des drones, des robots et de l’IA le point central des dépenses militaires, les a fait voir rouge.

Bien que ces entrepreneurs apprécient la Russie en tant qu’adversaire, seul un scénario de guerre massive du Pacifique avec la Chine pourrait justifier les piles de matériel qu’ils veulent produire. Il n’est pas surprenant que ces groupes aient été poussés à bout lorsqu’Obama a proposé une coopération militaro-militaire avec la Chine, notamment en invitant la Chine à participer aux exercices navals RIMPAC à Hawaï.

La faction “guerre avec la Chine” n’est pas une société spécifique. Il s’agit d’importantes sections de Northrop Grumman, Lockeed Martin, General Dynamics, Raytheon et d’autres entrepreneurs qui avaient tout à gagner d’une poussée en faveur de grands navires et d’avions de chasse de haute technologie, d’outils pour des débarquements amphibies massifs. En même temps, les entreprises avaient aussi des unités qui ne sont pas intéressées par ce marché.

Trump a proposé de jeter la politique de la Chine unique de Nixon dans les poubelles de l’histoire et d’adopter des actions agressives en Asie de l’Est qui donneraient le coup d’envoi d’une “nouvelle guerre froide.” Ce groupe s’est rangé derrière Trump et lui a donné les références de sécurité qui lui manquaient.

Les réalisations de Trump

Si l’on jette un regard rétrospectif sur les quatre années de Trump, on constate que la plupart des dommages qui lui sont attribués sont plutôt le produit d’un délabrement institutionnel accéléré par la gangrène spirituelle abrutissante qui a infecté l’Amérique après l’incident du 11 septembre. Trump doit assumer la responsabilité d’avoir permis à des figures criminelles de diriger le spectacle, de dépouiller le gouvernement de ses compétences et de pousser à la guerre avec la Chine et l’Iran, mais Trump n’en était certainement pas le cerveau.

Il avait l’impression d’être lui-même assigné à résidence à la Maison Blanche lorsque les grands garçons se battaient – et il était parfaitement conscient que les pouvoirs en place étaient plus qu’heureux de le jeter sous le bus – comme ils l’ont finalement fait – pour atteindre leurs objectifs.

Et pourtant, aussi téméraire qu’ait pu être la tentative de Trump d’utiliser ces parias du banquet des dépouilles de DC comme moyen de prendre le contrôle du parti républicain, puis de renverser le système corrompu de l’intérieur, les efforts suivants suggèrent qu’à un certain niveau, Trump a maintenu un engagement à remettre les choses en ordre, et qu’il a essayé de s’attaquer à des problèmes que les autres politiciens avaient peur d’aborder.

Les actions suivantes ne seront pas mentionnées lors du procès de mise en accusation, mais elles devraient l’être.

1. L’engagement en faveur de la vérité sur le 11 septembre

Dans son interview avec Fox News le 11 septembre 2001, Donald Trump a fait des commentaires qui ont soulevé de sérieux doutes concernant la théorie de la conspiration du 11 septembre selon laquelle des terroristes arabes tenant des coupe-papiers ont abattu trois gratte-ciel avec deux avions. Trump a continué à aborder cette question en privé et il n’a pas hésité à entretenir des liens étroits avec les militants de la vérité sur le 11 septembre.

Sa volonté, en tant que président en exercice, de tolérer, et même d’encourager, la discussion des problèmes scientifiques liés à l’histoire officielle était risquée pour sa santé et l’a éloigné des politiciens traditionnels, démocrates et républicains. Sa volonté d’assumer cette tâche impossible témoignait d’une loyauté sincère envers ses partisans – une solidarité qu’il n’a jamais abandonnée, même lorsqu’il fréquentait les riches et les puissants.

2. Demande de publication de documents classifiés sur l’assassinat de Kennedy.

Donald Trump a utilisé des décrets en octobre 2017 pour tenter de forcer la CIA et le FBI à publier tous les documents classifiés restants concernant l’assassinat de Kennedy en 1963. La conspiration criminelle dans la finance mondiale, l’industrie et le gouvernement pour tuer Kennedy est évidente pour quiconque a examiné l’affaire même superficiellement. Pourtant, le gouvernement fédéral refuse toujours de publier les documents restants qui feront comprendre au monde entier ce qui s’est passé, et exactement qui était responsable de quoi.

La pression de Trump pour obtenir la publication de ces documents n’est pas une faveur pour les historiens et les amateurs de conspiration.

La manière dont la finance mondiale a pu assassiner de sang-froid un président qui tentait de rétablir la responsabilité des services de renseignement et de l’armée a engendré un cancer à croissance lente au sein de l’exécutif, qui ne cesse de s’aggraver depuis. De nombreux problèmes institutionnels, tels que l’incapacité de tout président à soumettre le Pentagone ou la CIA à un audit sérieux, peuvent être attribués à ce triste jour de novembre 1963.

En effet, chaque président américain sait qu’il peut être tué en toute impunité comme Kennedy, ou humilié publiquement, s’il ose s’en tenir à la Constitution ou défier le gouvernement fantôme de la finance.

Les actions de Trump étaient courageuses, et même inspirantes. Vous pouvez être sûrs que ni Bernie Sanders ni Alexandria Ocasio-Cortez, chouchous de la “gauche”, n’oseront jamais faire une telle demande.

3. S’attaquer à l’utilisation de l’immigration pour détruire la vie des travailleurs américains.  

Les attaques vicieuses (au gouvernement et dans les rues) contre les immigrants, encouragées par la rhétorique qui se déverse de la bouche de Donald Trump, sont cruelles et irrationnelles.  De telles actions doivent être condamnées.

Mais nous pouvons marcher et mâcher du chewing-gum en même temps en tant que citoyens. Aussi offensante et divisive que soit la rhétorique de Trump, nous devons reconnaître deux faits essentiels : 1) une série de directives classifiées et de lois secrètes ont empêché Trump de parler directement de la façon dont la crise de l’immigration était liée aux actions des entreprises et des banques d’investissement ; 2) ses adversaires démocrates étaient intimement impliqués dans la mise en œuvre de l’immigration comme arme de lutte des classes, mais ils n’ont jamais été appelés sur ce point par les intellectuels publics dits ” progressistes “.

La ruée vers l’immigration en provenance d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud vers les États-Unis était le résultat du complot des multinationales visant à détruire les économies locales de ces pays et à dévaster l’agriculture et l’artisanat par le biais d’un plan impitoyable de libre-échange et de libre investissement combiné à des paiements en espèces aux politiciens pour qu’ils jouent les idiots.

Les travailleurs d’Amérique latine n’ont pas eu d’autre choix que d’essayer de se rendre aux États-Unis.

Dans le même temps, les banques et les sociétés multinationales ont utilisé la politique d’immigration dans le cadre d’une stratégie visant à détruire les fondements économiques de la vie du travailleur américain, faisant de lui un pion impuissant dans leur poussée vers une nouvelle forme d’esclavage. Les démocrates ont gardé le silence sur cette grande conspiration et Trump a eu raison de dénoncer cette politique délibérée visant à détruire l’Amérique par l’immigration.

La loi secrète et les directives classifiées rendaient impossible toute discussion sur ces politiques brutales dans les médias américains. Lorsque Trump a pris l’initiative inhabituelle d’aborder la lutte des classes par le biais de l’immigration, il a été contraint par les circonstances de la décrire à l’aide de caricatures faisant appel à l’idéologie raciste.

Il a le mérite d’avoir attiré l’attention sur cette question.

4. Opposition à l’idéologie du libre-échange 

Trump a été le seul candidat de la campagne présidentielle de 2016 à aborder directement la manière dont la promotion des régimes de “libre-échange” a été employée par les riches pour détruire les fondements économiques de la vie des Américains.

Il a été vertement condamné pour avoir sapé l’engagement de l’Amérique envers les accords commerciaux mondiaux et les traités financiers. Les conservateurs, les progressistes – et tous ceux qui se situent entre les deux – ont été heureux de prendre un coup de couteau. Mais aussi incendiaire que sa rhétorique ait pu être, Trump a identifié une conspiration criminelle des riches du monde entier visant à créer la misère économique par le biais du commerce.

Les politiciens démocrates progressistes qui prétendaient se préoccuper des travailleurs ont rarement hésité à voter pour des accords de libre-échange. Ils prétendaient que ces accords aideraient les gens ordinaires alors qu’ils savaient pertinemment qu’ils étaient au profit des multinationales. Trump s’est tenu pratiquement seul pour condamner l’arnaque commerciale et il mérite d’être félicité pour ses efforts.

5. Opposition ouverte au mandat de masque, au verrouillage économique et au régime de vaccination au nom du COVID19.

Donald Trump a tenté à de nombreuses reprises de remettre en question la promotion de la fausse pandémie de COVID19 en tant que catastrophe nationale, l’insistance sur le port obligatoire de masques sans aucune base scientifique et les demandes absurdes de verrouillage de l’économie et de fermeture des bâtiments publics et des écoles. Il était l’un des rares politiciens prêts à adopter une telle position et, par conséquent, il a obtenu le soutien, lors de l’élection présidentielle, des Afro-Américains et d’autres groupes qui n’auraient normalement jamais soutenu un républicain.

Lorsque Trump a remis en question la nécessité des dangereux “vaccins” COVID19 promus par des multinationales pharmaceutiques comme Pfizer, qui contiennent de l’ARN messager destructeur et une variété de traceurs et de capteurs intégrés dans l’hydrogel du DARPA, sa position a été héroïque.

Bien que Trump ait adopté une position antiscientifique lorsqu’il a remis en question le changement climatique en réponse aux demandes des frères Koch, il a été soutenu à 100% par la science, et par de nombreux scientifiques, dans le cas du COVID-19.

Le résultat ? Trump a fait l’objet d’attaques de toutes parts dans les médias corrompus pour ses déclarations pleines de bon sens. Les chouchous de la “gauche” démocrate se sont précipités pour embrasser la marionnette corporatiste Anthony Fauci lorsqu’il a attaqué Trump pour ne pas avoir mis fin à l’économie et qu’il a fait la promotion de ces “vaccins” dangereux.”

En outre, lorsque Trump a été contraint d’approuver les vaccins, il a prononcé des discours dans lesquels il a parlé d’un projet de “distorsion” pour les développer en quelques mois, ce qui aurait normalement pris des années ou des décennies.

Trump a fait l’éloge des vaccins d’une manière délibérément exagérée comme un moyen de télégraphier la vérité au peuple sur la vraie nature des vaccins par-dessus les barrières à la diffusion de l’information érigées à Washington D.C. Un tel geste était ingénieux et courageux – mais moqué dans les médias.

6. Le soutien à une discussion ouverte sur les conspirations criminelles aux États-Unis.

La transformation des sources progressistes du journalisme en spectacles de marionnettes où le pouvoir corporatif habille ses fictions avec les vêtements usagés de la tradition de la gauche américaine est une tragédie aux proportions épiques. Nous assistons à un discours pathétique sur la politique dans lequel la “gauche” agit comme un chien de salon dressé, incapable de parler d’aucune des véritables conspirations.

Il est tout à l’honneur de Donald Trump d’avoir eu le courage de s’engager activement dans une discussion ouverte avec ceux qui demandent une enquête sur les conspirations criminelles qui ont lieu en Amérique, et d’avoir encouragé une remise en question fondamentale du rôle du gouvernement et des entreprises.

Plus précisément, Trump a été attaqué de toutes parts pour ses liens avec les croyants du “culte” de QAnon.

QAnon est un initié qui divulgue des informations sur des actions criminelles aux plus hauts niveaux du gouvernement. Si vous faites une recherche sur QAnon, vous trouverez des articles qui le condamnent comme un colporteur de complots frauduleux, qui dénoncent ses positions racistes et isolationnistes, mais vous ne verrez pas les textes de QAnon cités pour que le lecteur puisse juger par lui-même.

Aucun des journaux ne donne même l’adresse du site web de QAnon : qanon.pub. Wikipedia rejette QAnon, en disant ,

“QAnon est une théorie de la conspiration d’extrême droite réfutée et discréditée qui prétend qu’une cabale secrète de pédophiles cannibales adorateurs de Satan dirige un réseau mondial de trafic sexuel d’enfants et complote contre l’ancien président américain Donald Trump, qui a combattu la cabale. Selon les procureurs américains, QAnon est communément appelé une secte.”

L’hypothèse selon laquelle les démocrates (et les républicains) traditionnels ne peuvent pas être liés à la prostitution et à la pédophilie est facilement prouvée fausse. D’ailleurs, aucun politicien traditionnel n’a essayé de discréditer QAnon en lançant des enquêtes scientifiques internationales sur les affirmations qu’il fait sur l’incident du 11 septembre ou la campagne COVID19.

Les inexactitudes significatives de QAnon sont un problème qui ne peut être résolu que par un effort ouvert pour identifier les parties exactes. Le problème plus important est l’échec de la plupart des intellectuels à condamner les fictions flagrantes colportées par le New York Times et le Washington Post.

Quoi qu’il en soit, la volonté de Trump, en tant que président, de s’attaquer aux conspirations massives est une première étape nécessaire, et c’est tout à son honneur.

7. Remise en question de la légitimité de l’élection

On nous répète sans cesse que Biden a remporté l’élection de manière juste et transparente et que les efforts de Trump pour contester l’élection sont égoïstes et corrompus. Ce récit est une fraude massive.

On ne sait pas très bien qui a gagné cette élection, ou si c’était une élection tout court. Quoi qu’il en soit, nous devrions nous réjouir que Trump soit le premier candidat qui ait été prêt à s’opposer à la manipulation massive du vote par les puissances corporatives. Nous ne pouvons que souhaiter qu’Al Gore ou John Kerry, ou Bernie Sanders, ou bien d’autres, aient eu le cran de se lever et de refuser d’accepter les élections bidon qui nous sont imposées.

L’élection de 2020 était truquée dès le départ. Les puissances financières qui dirigent les États-Unis ont émis une série de directives classifiées, et ont fait adopter par le Congrès des lois secrètes qui déterminaient qui seraient les candidats et quels sujets pourraient, ou non, être abordés.

Ce n’est un secret pour personne que le camp Biden a utilisé tous les sales coups de sa boîte à outils pour s’assurer la nomination démocrate, y compris la manipulation du vote dans les primaires pour battre Bernie Sanders.

Pourquoi supposerait-on alors que l’équipe Biden ne manipulerait pas le vote de manière similaire lors de l’élection générale – surtout à la lumière du soutien qu’il a reçu des néoconservateurs proches du clan Bush ?

Dans des cas flagrants comme le revirement soudain en faveur de Biden en Pennsylvanie, les progressistes soucieux du processus démocratique auraient dû exiger une enquête internationale qui aurait documenté de manière transparente les détails du vote. Aucun démocrate n’a demandé ne serait-ce que le rétablissement des sondages à la sortie des urnes.

C’est tout à son honneur, et non un signe de son égoïsme, que Trump a refusé de concéder l’élection.

Le véritable crime est que les progressistes ont refusé d’exiger une enquête scientifique sur les résultats de l’élection, plutôt que de se jeter aux pieds de Biden comme s’il était la réincarnation de Robert Kennedy.

8. Condamnation des guerres étrangères sans fin

Vous savez que vous êtes dans la “Twilight Zone” lorsque les progressistes qui tombent à bras raccourcis pour condamner Trump pour racisme et bellicisme se taisent ensuite lorsqu’il, en tant que président des États-Unis en exercice, condamne les “guerres éternelles” criminelles des vingt dernières années et attaque le système d’approvisionnement en armes à but lucratif.

Les commentaires de Trump le 7 septembre 2020 condamnant les guerres étrangères, et dénonçant les profiteurs de guerre, ont dépassé tout ce que vous trouverez sortant de la bouche des démocrates – et ce n’était pas la seule déclaration publique de ce type de sa part. Il a déclaré :

“Avec Biden, on a expédié nos emplois, ouvert nos frontières et envoyé nos jeunes se battre dans ces folles guerres sans fin. Et c’est l’une des raisons pour lesquelles l’armée – je ne dis pas que l’armée est amoureuse de moi, les soldats le sont. Les hauts responsables du Pentagone ne le sont probablement pas, parce qu’ils ne veulent rien faire d’autre que de faire la guerre pour que toutes ces merveilleuses entreprises qui fabriquent les bombes, qui fabriquent les avions, qui fabriquent tout le reste restent heureuses. Mais nous sommes en train de sortir de ces guerres sans fin”.

Il a terminé ses commentaires,

“Ramenons nos soldats à la maison. Certaines personnes n’aiment pas rentrer à la maison. Certaines personnes aiment continuer à dépenser de l’argent. Une trahison mondialiste sans pitié après l’autre. C’est ce que c’était.”

L’intégralité du discours était du théâtre, et il n’était pas tout à fait exact, mais Trump a réussi à glisser devant les censeurs une critique du système brisé qu’aucun autre politicien n’a pu faire.

En fait, les commentaires de Trump sont la première attaque d’un président en exercice sur cette corruption systématique depuis la condamnation du “complexe militaro-industriel” par le président Eisenhauer dans son discours d’adieu du 17 janvier 1961 (il y a presque exactement 60 ans).

Obama, ou Harris, malgré tout leur multiculturalisme, sont incapables de faire une telle déclaration parce qu’ils ont accédé au pouvoir politique sur le dos du capital-investissement et du capital-risque, des organisations qui tirent une grande partie de leur argent des ventes d’armes, de la promotion d’accords de “libre-échange” centrés sur les entreprises et de l’élimination de toutes les barrières au déchaînement du capital mondial dans le monde.

En outre, le discours d’adieu de Trump lui-même s’adressait aux soldats ordinaires et critiquait les généraux politiques qui utilisent l’armée comme un moyen d’amasser des richesses.

Sa tentative de se lier aux soldats ordinaires, et de s’opposer aux profiteurs militaires, semble être un sentiment sincère, et non une posture politique.

9. Appel à la nationalisation de la Réserve fédérale

Donald Trump a fait un effort sérieux pour placer la Banque de réserve fédérale des États-Unis sous le contrôle du département du Trésor et pour mettre un frein à l’utilisation de la dette américaine par la finance mondiale à ses propres fins.

Il est difficile d’évaluer le succès de cet effort de contrôle de la création monétaire, car les médias sont contrôlés par les mêmes institutions financières qui dominent le système de la Réserve fédérale. Les rapports (à la fois pro et anti-Trump) sont troubles et obscurs.

De plus, parce que la politique financière de la Réserve fédérale, et du département du Trésor, est de plus en plus rendue confidentielle, il est impossible d’avoir une discussion publique sérieuse sur la politique fiscale.

La décision de Trump de faire appel à Larry Fink, le PDG de la société d’investissement multimilliardaire BlackRock, pour jouer un rôle central au sein de la Réserve fédérale est au mieux une victoire à la Pyrrhus.

Les partisans de Trump affirment qu’au moins les Rothschild ne contrôlent plus la Réserve fédérale. Honnêtement, je ne sais pas quels rapports croire sur le statut de la Réserve fédérale aujourd’hui.

Ce qui est clair, cependant, c’est que le vol de milliers de milliards de dollars de la Réserve fédérale l’année dernière était une réalité, et que Trump a essayé, peut-être sans succès, de faire quelque chose.

Le procès spectacle à venir de Donald Trump  

Trump a payé un prix pour avoir parlé de profit de guerre et d’autres conspirations criminelles pendant l’élection. Il a soudainement été diagnostiqué positif au COVID19 le 11 octobre et sa campagne a été arrêtée précisément au moment où il commençait à faire de la discussion sur les conspirations criminelles un élément central de la campagne.

Mais ce n’était que le début de l’attaque. Les médias corporatifs l’ont dépeint comme un chef terroriste, à l’instar d’Oussama Ben Laden, qui incitait ses partisans racistes à commettre une “insurrection armée”. Mais l’occupation du Capitole ressemblait plus à un spectacle de Laurel et Hardy qu’à une attaque ou une insurrection sérieuse et de multiples rapports ont soulevé de sérieux doutes quant à ce qui s’est réellement passé. Inutile de dire qu’aucun progressiste ne demande une enquête internationale.

Les avocats de M. Trump ne seront pas en mesure de répondre aux attaques injustes dont il a fait l’objet de la part des médias pendant le procès en destitution, ni de présenter des preuves concernant ses contributions au rétablissement de l’État de droit aux États-Unis.

Ces avocats ne pourront pas non plus démontrer que les actions criminelles qui ont eu lieu pendant l’administration de Trump étaient pour la plupart la faute d’un pouvoir exécutif qui ne peut plus être contrôlé par le président. Ils ne pourront pas décrire comment Trump a été piégé pour ce procès spectacle afin de détourner l’attention de crimes plus importants.

Tous leurs efforts doivent être consacrés à la défense de Trump contre l’accusation selon laquelle il aurait été le cerveau de la violente insurrection armée au Capitole destinée à empêcher l’élection de Joe Biden à la présidence.

En d’autres termes, ce procès a ouvert la porte à l’utilisation de toute la force du gouvernement fédéral pour traiter toute personne qui remet en question le régime des vaccins, ou qui demande des enquêtes sur des conspirations comme le 11 septembre, comme un terroriste national.

Nous avons l’obligation, non seulement pour le bien de Donald Trump, mais aussi pour l’avenir de nos enfants, de condamner ouvertement cette tentative manifestement criminelle de préparer une “insurrection” et de la mettre sur le dos du président.

Trump est à la fois un lutteur professionnel, un animateur de jeux télévisés et un mafieux. Je ne lui achèterais pas une voiture d’occasion, mais on sent chez lui une certaine loyauté et une certaine décence, alors même qu’il joue un jeu politique impitoyable.

Il a l’humanité et l’attachement personnel du gangster. Trump n’était peut-être pas fait pour être président, mais il est plus transparent que les démocrates qui prient en secret à l’autel de la finance mondiale.

Peu importe ce que vous pouvez penser de son goût étrange, de ses multiples mariages, de ses déclarations sensationnalistes ou de ses partisans, Trump a pris de nombreuses mesures pour rechercher la vérité qui l’ont mis en danger et qui méritent notre respect à contrecœur.

Emanuel Pastreich est Président de l’Asia Institute, un groupe de réflexion ayant des bureaux à Washington DC, Séoul, Tokyo et Hanoï. Pastreich est également directeur général de l’Institute for Future Urban Environments. M. Pastreich a déclaré sa candidature à la présidence des États-Unis en tant qu’indépendant en février 2020.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: