L’institution particulière de l’Amérique Mettre fin aux combustibles fossiles

Mettre fin aux combustibles fossiles

L’institution particulière de l’Amérique

Tout le discours sur le “Green New Deal” a disparu à Washington D.C. récemment. Les démocrates, les républicains et l’administration Trump se prosternent devant la formidable idole de COVID-19. Alors que les pôles fondent et que les déserts s’étendent, le mot même de “changement climatique” a disparu de tout discours. L’excitation inspirée pour certains par Alexandria Ocasio-Cortez a fondu comme un glacier.

Mais, même dans le meilleur des cas, ce “Green New Deal” était surgonflé et est malheureusement insuffisant pour la tâche à accomplir.

Il est vrai, bien sûr, que les médias ont mis en évidence, pour les lecteurs instruits de la classe moyenne supérieure, la corruption de la politique par les grandes compagnies pétrolières, mais ils n’ont même pas commencé à gratter la surface du système économique tordu dans lequel nous vivons et qui nous oblige à utiliser le plastique, l’essence ou le charbon à chaque instant de notre vie quotidienne, alors que nous sommes nourris de vagues récits de pressentiments et des ours polaires, alors que nous n’avons d’autre choix d’action que d’attendre les prochaines élections ou de porter un gobelet.

Quelque chose est si profondément mauvais que nous ne pouvons plus l’ignorer. C’est comme se sentir malade après avoir mangé de la nourriture avariée. Vous pouvez essayer d’ignorer la douleur dans votre estomac, mais vous finirez par devoir vomir si vous voulez la faire sortir de votre système.

Nous devons faire face à la vérité. Nous devons reconnaître que malgré les impressionnantes séances de photos du “Green New Deal”, son contenu ne visait pas à mettre fin immédiatement à l’utilisation des combustibles fossiles, ni même à donner aux citoyens les moyens de faire passer leurs communautés à l’énergie renouvelable par leurs propres moyens.

Mais il existe une autre réponse politique. Nous avons assisté à de grandes manifestations aux États-Unis sur le changement climatique qui ont attiré des foules énormes. Ces protestations exigent une position politique honnête sur le changement climatique qui aborde le problème de front et qui suppose que si la politique n’est pas fondée sur l’action et la recherche de la vérité, elle n’est pas du tout politique.

Nous devons nous concentrer sur la catastrophe climatique, la crise massive de notre époque, et faire de l’extinction des êtres humains la question centrale de notre campagne mondiale. La prochaine étape n’est pas de flatter les politiciens, ni de bavarder avec les PDG des entreprises et les lobbyistes. Ce mouvement politique ne doit pas se préoccuper de blesser les gens et il ne doit pas atténuer son message pour répondre aux exigences de couverture dans les médias d’entreprise.

Notre priorité doit être d’arrêter immédiatement l’économie basée sur le carbone et de paralyser les grandes villes du monde entier pour y parvenir.

Nous devons exiger que les émissions de carbone soient réduites à zéro d’ici six ans grâce à une refonte complète de l’économie mondiale et à la création d’une nouvelle culture dans laquelle la consommation est considérablement réduite et les valeurs économiques et sociales fondamentales sont redéfinies. Il serait exact de qualifier de révolutionnaire de telles exigences politiques.

Certains pourraient rejeter mes propos comme étant extrêmes. Mais je suis simplement le seul candidat à dire la vérité, le seul candidat intéressé par les preuves scientifiques. Nous devons agir.

Au-delà de l’échec lamentable de la réponse au changement climatique depuis les protocoles de Kyoto, dû à la lâcheté des politiciens, des intellectuels et de cette institution pathétique qu’on appelle les médias, tous refusent de dire l’amère vérité sur la catastrophe qui s’amplifie.

Toute cette culture, imprégnée de pétrole depuis les débuts de l’économie de consommation dans les années 1950, doit cesser.

Nous sommes tous coupables. Chaque fois que nous consultons notre courrier électronique, chaque fois que nous prenons une douche chaude, chaque fois que nous allons au marché ou que nous prenons l’avion pour aller voir des parents, nous enfonçons un autre clou dans le cercueil de l’humanité, dans les cercueils de nos enfants et petits-enfants, sans parler des innombrables cercueils non marqués d’autres espèces.

L’institution particulière

Nous nous efforçons d’accepter la nécessité d’une action radicale, par opposition à l’approche “progressiste” que nous ont fait adopter des sources médiatiques “progressistes” comme “Common Dreams” ou “Truthout”, ou des intellectuels malhonnêtes comme Robert Reich, des hommes qui refusent de reconnaître l’ampleur de la crise ou ses conséquences désastreuses pour l’humanité.

Nous nous efforçons de reconnaître que les accords de Paris, communément considérés par les progressistes comme une percée – dont Trump s’est bêtement éloigné – n’ont jamais été conçus comme une solution à la crise imminente, mais plutôt comme un stratagème politique pour sauver la face.

La survie exige que nous réduisions les combustibles fossiles à zéro, dès demain, et non que nous augmentions lentement les énergies renouvelables à 40 % d’ici 2030. À ce stade du jeu, il est suicidaire de faire des dons à des causes progressistes et d’attendre les prochaines élections.

Il ne faut rien de moins que de mettre fin à cette culture de la consommation, de renverser l’hypothèse selon laquelle la production, la consommation et la croissance sont des nécessités, et d’affirmer que chaque aspect de notre consommation a un impact direct sur notre planète.

Il est tout aussi important de s’assurer que nos jeunes ne soient pas amenés à accepter des demi-mesures dangereuses et des mauvaises politiques qui sont promues par les banques et les entreprises qui profitent de l’économie des combustibles fossiles. Je fais référence au commerce du carbone, aux voitures hybrides, à la géo-ingénierie ou à l’énergie nucléaire de nouvelle génération.

La réponse des citoyens à l’inaction de toutes les institutions des États-Unis en matière de changement climatique (gouvernement local et central, entreprises, ONG et organisations éducatives) doit être massive et immédiate. Nous reconnaissons, hélas, que les chiens de garde sur lesquels nous comptions sont devenus des chiens de poche à la recherche constante de financements importants de la part des entreprises, et qu’ils sont incapables d’affronter les puissances des combustibles fossiles, aussi verte que puisse paraître leur rhétorique.

Nous devons nous engager nous-mêmes dans la gouvernance.

350.ORG est une grande ONG qui fournit des informations essentielles pour le débat politique sur le changement climatique. Elle a envoyé un courriel à ses membres l’année dernière qui disait

“Vendredi, la candidate à la présidence Elizabeth Warren a annoncé un engagement audacieux en faveur du climat : si elle est élue, elle signera un décret dès le premier jour mettant fin à tout forage de combustible fossile sur nos terres publiques”.

350.ORG a salué les paroles de Warren comme un “pas incroyable”, mais bien que Warren ait une longueur d’avance sur les autres candidats à la présidence, du point de vue d’une espèce en voie d’extinction, son appel semble désespérément faible.

Arrêter tout forage sur les terres publiques ? Cette mesure est tellement évidente que nous devrions exiger qu’un candidat qui ne soutient pas une telle politique se retire immédiatement de la course. Une véritable demande serait l’arrêt permanent de tous les forages pétroliers aux États-Unis et dans le monde. Une demande plus substantielle, et plus convaincante, serait de rendre l’utilisation du pétrole illégale dans un délai d’un an.

Il existe un précédent utile pour une telle action (au niveau national et international) dans le protocole de Montréal de 1987 qui a interdit au niveau international l’utilisation des chlorofluorocarbures qui détruisaient la couche d’ozone. Nous avons besoin d’un “protocole de Londres” qui interdise l’utilisation du pétrole, du charbon et du gaz naturel en raison des dommages causés à l’atmosphère par leur production et leur consommation. Un tel accord international avec des interdictions nationales parallèles est tout à fait logique et ce serait la première étape pour forcer une fin rapide de leur utilisation à l’échelle mondiale pour la production d’énergie.

La mythologie politique employée par Elizabeth Warren et Bernie Sanders est que nous sommes confrontés à des conservateurs aux valeurs différentes, des hommes avides et dont la perspective limitée doit être surmontée progressivement par un processus politique.

Mais la réalité est que nous ne sommes pas confrontés à des “conservateurs” mais plutôt à une entreprise criminelle massive qui a pris le contrôle de notre économie et de notre culture et qui détruit, en utilisant des tactiques illégales et immortelles, ce qu’il reste de peu d’institutions pour réguler ses actions.

L’analogie pertinente avec la façon dont les intérêts particuliers nous ont rendus dépendants des combustibles fossiles et nous encouragent à le rester se trouve dans l’utilisation moralement corrompue de l’esclavage pour diriger l’économie américaine au XIXe siècle.

L’esclavage a exploité sans limite le travail non rémunéré pour alimenter l’économie et accroître les profits des planteurs du Sud et des banques du Nord qui les finançaient. Dans un sens, l’esclavage fournissait une énergie apparemment bon marché pour alimenter l’industrie manufacturière et l’agriculture à un prix épouvantable qui était caché à la vue.

Les qualités humaines des Afro-Américains qui ont servi d'”esclaves” ont été niées par un faux système juridique renforcé par une science frauduleuse qui “prouvait” l’infériorité raciale. Dans l’ensemble, l’esclavage a avili la politique et la culture des États-Unis, créant une société dans laquelle la criminalité était mise sur un piédestal et vénérée comme une culture unique. Mais les familles distinguées des États du sud se sont penchées sur la question pour éviter de voir cette réalité.

Le terme inventé pour décrire cet horrible système était “l’institution particulière”, une expression qui suggérait que le Sud avait des habitudes particulières qui le distinguaient. Mais l'”institution particulière” n’était qu’une manière malhonnête de faire référence à un système criminel d’exploitation qu’aucune société saine ne pouvait soutenir.

La réponse de nombreux progressistes (abolitionnistes) dans les années 1850 a été de lutter bec et ongles pour empêcher l’esclavage de s’étendre aux États nouvellement admis, et d’essayer, par le biais de réformes, de réduire la cruauté dont les esclaves du Sud étaient victimes – et de leur permettre la liberté s’ils s’échappaient vers les États libres. Mais la plupart des “abolitionnistes” réformistes partaient du principe que l’esclavage était une mauvaise politique qui devait être réformée lentement.

De même, le débat politique actuel aux États-Unis porte sur la manière d’accroître l’utilisation de l’énergie éolienne et solaire, de rendre les énergies renouvelables financièrement attrayantes pour les entreprises et de mettre fin aux politiques extrêmes de l’administration Trump qui consiste à subventionner le charbon tout en taxant les énergies renouvelables.

Mais cet argument politique n’a de sens que si l’on ferme les yeux sur le fait que les entreprises de combustibles fossiles s’engagent dans un effort criminel massif pour nous forcer à utiliser les combustibles fossiles, une source d’énergie qui non seulement génère d’énormes profits, mais qui condamne à mort une grande partie de l’humanité. En d’autres termes, il faut d’abord se tromper soi-même pour que l’argument ait un sens.

Nous devons prendre le contrôle du système économique lui-même et laisser derrière nous les intermédiaires, la classe des gens instruits qui gagnent leur vie en écrivant des articles décrivant des réponses progressistes à long terme, en faisant pression sur les membres du Congrès avec des propositions de softball qui font appel aux profits des entreprises, en suggérant que l’énergie éolienne peut être “compétitive” par rapport au charbon, et en minimisant la menace d’effondrement écologique décrite dans les rapports des Nations unies afin de s’assurer que leurs instituts de recherche continuent à recevoir des fonds des entreprises et des banques qui ont un intérêt dans les combustibles fossiles.

Notre moment John Brown

Si nous cherchons un moment dans la lutte contre l’esclavage qui soit parallèle à l’effort mondial actuel de mobilisation à grande échelle contre les combustibles fossiles, l’exemple le plus pertinent est la décision de John Brown et de ses disciples de se rebeller contre l’esclavage. John Brown et ses partisans ont déclaré que le gouvernement n’avait aucune légitimité parce qu’il encourageait la pratique immorale de l’esclavage. Nous devons également aller au-delà des arguments “progressistes” en faveur de l’élimination des combustibles fossiles ; à la lumière de la menace d’extinction humaine, John Brown a été écarté par la plupart comme le chef d’une rébellion et vilipendé comme rebelle et fou par les Sudistes pendant un siècle après. Mais il suffit de lire les écrits de Brown pour se rendre compte que ses actions étaient impeccablement soutenues par la logique et éclairées par la perspicacité morale. Lorsque Brown a lancé son raid sur l’armurerie fédérale de Harpers Ferry, en Virginie, en octobre 1859, l’intention était de mettre fin à l’institution de l’esclavage en établissant un nouveau gouvernement qui abandonnerait tout le système économique corrompu. Les forces de Brown furent rapidement débordées. Il fut alors jugé, reconnu coupable de trahison (la première condamnation de ce type dans l’histoire américaine) et pendu.

Ceux qui tiraient leur richesse de l’esclavage (le parti démocrate) condamnèrent l’action de Brown comme une attaque sordide contre leur mode de vie. La plupart des progressistes du Nord (le parti républicain) ont pris leurs distances par rapport à l’incident, déclarant qu’ils ne s’immisceraient pas dans les affaires des États esclavagistes.

Mais regardons l’ouverture de la “Constitution et des ordonnances provisoires”:

“Attendu que l’esclavage, pendant toute son existence aux États-Unis, n’est autre que la guerre la plus barbare, non provoquée et injustifiable d’une partie de ses citoyens contre une autre partie, dont les seules conditions sont l’emprisonnement perpétuel et la servitude sans espoir, ou l’extermination absolue, au mépris et en violation totale des vérités éternelles et évidentes énoncées dans notre Déclaration d’indépendance. Par conséquent, nous, citoyens des États-Unis, et le peuple opprimé qui, par une décision récente de la Cour suprême, est déclaré n’avoir aucun droit que l’homme blanc est tenu de respecter, ainsi que tous les autres peuples dégradés par les lois de ce pays, faisons, pour le moment, ordonner et établir pour nous-mêmes la constitution et les ordonnances provisoires suivantes, afin de mieux protéger nos personnes, nos biens, nos vies et nos libertés, et de mieux régir nos actions”.

Révisons ce texte afin qu’il décrive la crise actuelle et notre dépendance au pétrole et au charbon :

“Attendu que nous imposer l’utilisation de combustibles fossiles n’est autre que la guerre la plus barbare, la plus injustifiée et la moins provoquée d’une petite partie des citoyens contre la grande majorité, créant des conditions d’emprisonnement perpétuel dans un système catastrophique qui rendra la Terre inhabitable, conduisant à l’extinction, au mépris et en violation totale des vérités éternelles et évidentes énoncées dans notre Déclaration d’indépendance.

Par conséquent, nous, citoyens des États-Unis, en tant que peuple opprimé qui a été déclaré par la Cour suprême comme n’ayant aucun droit de résister au fait que l’industrie des combustibles fossiles s’associe à d’autres industries dégradées par ses lois, nous ordonnons et établissons pour nous-mêmes, pour le moment, la constitution et les ordonnances provisoires suivantes, afin de mieux protéger nos personnes, nos biens, nos vies et nos libertés, et de régir nos actions de manière à nous libérer de la marche de la mort d’une économie fondée sur les combustibles fossiles”.

Nous devons renverser la situation en ce qui concerne la criminalité institutionnalisée.

John Brown a changé les règles du jeu lorsqu’il a parlé de l’esclavage non pas comme d’une “institution particulière” mais plutôt comme d’une action criminelle, d’une “guerre” contre la population. Nous devons nous aussi prendre en main le discours sur l’énergie et commencer à définir nous-mêmes les termes du discours. Les émissions de carbone ne sont pas de petits inconvénients à échanger, mais plutôt une menace directe pour notre survie.

Plutôt que de réagir rapidement à la dernière atrocité commise par les intérêts des combustibles fossiles, nous devons présenter de manière proactive au plus grand nombre de personnes possible une culture et une économie entièrement nouvelles qui doivent être mises en œuvre dans leur totalité et immédiatement. Nous ne pouvons pas soutenir une tentative de changement au coup par coup, tout en dépendant de ceux qui sont profondément investis dans le système économique actuel, ou des politiciens démocrates qui ont une longue histoire de soutien aux intérêts des combustibles fossiles.

Il y a de nombreux politiciens “conservateurs” au Congrès américain qui font des déclarations en commission qui rejettent la menace du changement climatique et qui affirment même que le changement climatique est une fraude. Ils sont financés par l’industrie des combustibles fossiles et ils font souvent appel à des experts qui ont été cultivés par des conglomérats de combustibles fossiles comme Koch Industries pour fournir des preuves à l’appui de l’affirmation selon laquelle les combustibles fossiles sont sûrs. Leurs recherches sont frauduleuses et leurs affirmations vont à l’encontre des preuves scientifiques.

La réponse actuelle des politiciens progressistes à leurs actions est de déplorer l’ignorance, l’égoïsme et la myopie de ces politiciens “conservateurs”, de déplorer les experts “stupides” et leurs partisans “stupides”. Cette attitude est similaire à celle des républicains qui voulaient limiter l’utilisation de l’esclavage aux États du Sud dans les années 1850, plutôt que de l’abolir.

Mais la question du changement climatique n’est pas une question d’opinions, ni d’intérêts, mais de droit et de vérité scientifiquement vérifiée.

Que dit la loi ?

La loi est très explicite. Si un membre du Congrès témoigne en commission, ou fait venir un expert pour témoigner, cela suggère que le changement climatique est une fiction, ou qu’il ne constitue pas une menace sérieuse, cet acte n’est pas l’expression d’une perspective conservatrice, mais plutôt la présentation d’un faux témoignage. De tels actes, selon la loi, constituent un délit. Au minimum, le membre du Congrès devrait être contraint de démissionner de son poste pour avoir agi de la sorte, et il devrait risquer une peine de prison. Tout expert présentant un tel faux témoignage devrait faire face à des charges similaires.

Et pourtant, il n’y a pas un seul démocrate qui ait le courage de porter une accusation aussi logique et parfaitement légale contre les membres du Congrès et les experts qui se livrent à des activités criminelles aussi flagrantes au Capitole. Le fait que cette pratique criminelle ait duré des décennies n’est pas une excuse, tout comme le fait que l’esclavage ait été pratiqué pendant des centaines d’années n’est pas une excuse pour son immoralité.

Si personne au Congrès, si personne parmi les avocats, les lobbyistes, les consultants et le personnel qui le dirigent n’est prêt à adopter une telle position morale et juridique, le peuple doit se lever et exiger que de telles activités criminelles soient punies et que leurs auteurs soient interdits. Si un nombre suffisant de personnes protestent, les politiciens ressentiront la pression et changeront leur comportement.

Certains suggèrent qu’adopter une telle ligne dure équivaudrait à exiger que des centaines de membres du Congrès, des milliers d’employés et de lobbyistes, démissionnent de leurs fonctions et risquent la prison pour leurs actions. Je réponds que si nous voulons survivre en tant qu’espèce, nous ne devons pas craindre un tel scénario. Nous devrions être prêts à l’accepter.

D’ailleurs, si nous constatons que tous les membres du Congrès sont engagés dans de telles actions criminelles, à un niveau ou à un autre, il est non seulement de notre droit, mais aussi de notre responsabilité morale, d’exiger qu’ils démissionnent tous et que nous soyons autorisés à organiser des élections libres de toute interférence d’organisations liées à ces intérêts immoraux des combustibles fossiles.

Il est actuellement de pratique courante pour les membres du Congrès de prendre des contributions des sociétés de combustibles fossiles et des banques d’investissement qui promeuvent les combustibles fossiles.

Mais la promotion des combustibles fossiles au cours des 70 dernières années, souvent avec des subventions fédérales pour les raffineries et les réseaux routiers, était dès le départ une conspiration criminelle, et non un processus démocratique qui représentait la volonté du peuple. Qu’il s’agisse de l’achat et de la destruction des transports publics par General Motors, Standard Oil et Phillips Petroleum (opérant par l’intermédiaire d’organisations de façade) pour accroître la dépendance de nos citoyens à l’égard de ce composé chimique dangereux qu’est le pétrole, ou de la restructuration de l’armée américaine afin qu’elle soit profondément dépendante du pétrole et qu’elle soit employée principalement pour garantir l’approvisionnement en pétrole, une série de décisions politiques ont été prises qui doivent être reconnues comme étant de nature criminelle.

Nous savons maintenant que des sociétés comme Exxon et Shell qui fournissent du pétrole étaient pleinement conscientes du phénomène du réchauffement climatique et de l’impact dangereux de leur produit toxique sur l’environnement, au moins depuis les années 1980, si ce n’est avant. Elles ont caché ces résultats scientifiques et ont plutôt engagé des experts et des sociétés de relations publiques pour présenter au public des informations trompeuses et malhonnêtes par le biais de la publicité, de recherches universitaires trafiquées et du lobbying. Ils étaient pleinement conscients de l’ampleur de la menace. Pourtant, le mieux que nous puissions faire est de nous plaindre de l’égoïsme de ces sociétés et de demander aux citoyens en difficulté de contribuer aux campagnes du Parti Démocrate pour les prochaines élections, ou pour les élections suivantes ?

Demandez-vous ce qui vous arriverait si vous vendiez un produit extrêmement dangereux pour l’environnement et qui tuerait des centaines de milliers, voire des millions de personnes dans le monde, et qui risquerait d’entraîner la mort de milliards de personnes en raison du réchauffement climatique. Que se passerait-il si vous connaissiez depuis les années 1980 les dangers de votre produit et que vous aviez caché cette information, en utilisant votre richesse sale pour corrompre des politiciens et promouvoir de faux experts scientifiques qui ont menti au Congrès afin de défendre vos activités illégales ?

Votre sort serait tout à fait certain. Vous seriez immédiatement emprisonné pour conspiration et tous vos biens seraient saisis. Vous seriez pénalement tenu de payer les frais résultant des crimes que vous avez commis.

Que devrions-nous donc faire aux entreprises de combustibles fossiles qui se sont comportées précisément de cette manière et les banques d’investissement et autres institutions financières qui les soutiennent face aux preuves scientifiques accablantes du danger de ce produit ?

La situation est identique.

Les citoyens doivent exiger que ces entreprises soient traitées comme des organisations criminelles et qu’elles soient privées du droit d’utiliser ces fonds mal acquis pour se défendre. Les responsables doivent être emprisonnés immédiatement et poursuivis pour les crimes qu’ils ont commis au cours des quatre dernières décennies. Les hommes politiques et les lobbyistes qui les ont aidés doivent être soumis au même traitement.

Les actifs de sociétés comme Exxon et Koch Industries, ainsi que ceux des individus qui les possèdent, devraient être saisis en totalité afin de réparer les dégâts et d’indemniser les victimes dans le monde entier.

Il n’est pas nécessaire de se morfondre sur la quantité d’argent que les entreprises de combustibles fossiles contribuent à l’élection de candidats “conservateurs”, ni sur les efforts que doivent déployer les “progressistes” pour gagner les élections dans cet environnement politique injuste. Une fois que les actifs de ces entreprises de combustibles fossiles auront été saisis, une fois que tous les lobbyistes et les experts qui ont travaillé pour ces entreprises dans leurs campagnes criminelles seront empêchés de participer à la vie politique (comme la privation du droit de vote des anciens dirigeants confédérés pendant la reconstruction), nous serons en mesure de déterminer quelle est la politique appropriée pour répondre au changement climatique sur la base d’un consensus scientifique et en accord avec la Constitution.

Nous avons le droit, et l’obligation, d’exiger que les hommes politiques qui ont été rachetés par des entreprises de combustibles fossiles, ou par des banques et des milliardaires liés à des entreprises de combustibles fossiles, soient empêchés de témoigner devant le Congrès et de participer au processus politique. Il en va de même pour les chercheurs, les professeurs, les avocats, les lobbyistes et les autres personnalités publiques qui ont été impliqués dans cette fraude massive.

Le débat politique doit être fondé sur des conclusions scientifiques impartiales, et non sur des opinions. Nous avons permis que des entreprises soient traitées comme des personnes et que des arguments frauduleux sur le climat soient traités comme dignes d’attention parce qu’ils étaient soutenus par de l’argent. Tout cela doit cesser maintenant.

Mais nous devons faire plus. Nous devons condamner la publicité en général pour ses efforts visant à tromper les Américains sur les dangers de la société industrielle, en particulier sur l’impact des voitures, des avions, du charbon et du gaz naturel sur nos vies. Nous devons exiger une discussion honnête sur les dangers de la production industrielle. Tant que les médias commerciaux alimenteront les citoyens en informations trafiquées et déformées, ils ne pourront pas prendre de décisions objectives, et la politique démocratique sera impossible.

Nous devons exiger que la recherche universitaire (et le journalisme également) soit financée par des subventions gouvernementales transparentes, soutenues par des taxes, et que les autres “recherches” intéressées par elles-mêmes et ayant des objectifs cachés soient éliminées du débat sur la politique au sein du gouvernement et parmi les citoyens. C’est essentiel pour la réponse au changement climatique.

S’approprier les fausses idéologies du libre-échange et de la sécurité militaire

Si nous voulons lancer une campagne nationale pour faire face à la terrible vérité, nous devrons nous attaquer aux deux grands monstres que les politiciens contournent sur la pointe des pieds : le libre-échange et la sécurité militaire.

Le mythe selon lequel le commerce international des marchandises est positif pour les citoyens des États-Unis et pour le monde, et que le commerce devrait être constamment augmenté pour nous aider à prospérer, a été adopté par les deux partis politiques et par la plupart des intellectuels américains depuis la Seconde Guerre mondiale.

Mais la promotion massive du commerce signifie non seulement que les entreprises peuvent déplacer des usines à l’étranger – et menacer les travailleurs et les communautés de fermeture d’usines locales pour obtenir des subventions gouvernementales – mais aussi qu’elles peuvent offrir aux Américains des produits bon marché fabriqués à l’étranger et ainsi cacher l’impact horrible que cette fabrication a sur l’environnement local et sur notre climat commun. Chaque boîte en polystyrène, chaque pull en nylon, chaque jouet en plastique empoisonne non seulement notre sol, nos rivières et nos océans lorsqu’il est jeté, mais sa fabrication a causé d’énormes dégâts à notre climat qui nous a été caché parce que la fabrication se faisait en Inde ou en Thaïlande.

Le libre-échange a pris le contrôle de notre économie, nous obligeant à acheter des produits qui ont été fabriqués loin de chez nous et expédiés en utilisant d’énormes quantités de combustibles fossiles. La pollution créée par la fabrication de produits jetables a exactement le même impact sur le climat là-bas que si les usines se trouvaient au Kansas ou au Mississippi. De plus, le transport de marchandises sur des milliers de kilomètres par mer produit des émissions énormes.

Pour aller plus loin, presque tous les médias alternatifs acceptent volontiers les systèmes de mesure de l’économie profondément défectueux comme le PIB (produit intérieur brut), la “consommation”, la “croissance” et le “développement”. Le fait que ces mesures ne tiennent pas compte de l’impact écologique, social et culturel des politiques et pratiques économiques, qu’elles ne tiennent pas compte de la dégradation à long terme du sol, de l’eau et de l’air, est rarement souligné par les intellectuels. Bien qu’il y ait eu des propositions de systèmes de mesure alternatifs, elles ne sont guère discutées, et encore moins adoptées.

L’armée est devenue une part importante de l’économie nationale américaine, liée à tous les niveaux à l’exploration, la production et la consommation de combustibles fossiles. C’est un grand pollueur et un contributeur au changement climatique bien plus important que la plupart des pays.

L’armée américaine est largement débordée, avec des centaines de bases dans le monde entier. Le plus souvent, son rôle principal est de promouvoir l’extraction de combustibles fossiles et d’autres minéraux pour alimenter une économie de consommation qui détruit notre climat. Une telle armée n’a rien à voir avec la “défense” ou la “sécurité”.

Les États-Unis ne peuvent pas commencer à adapter une politique climatique sérieuse tant qu’ils n’ont pas entrepris un changement révolutionnaire du rôle de l’armée. Ce changement doit se fonder sur une modification de la définition de la sécurité afin de faire de l’atténuation du changement climatique la plus grande préoccupation en matière de sécurité. Un tel changement ne sera pas facile, mais il est théoriquement possible et, vu l’ampleur de la crise, il est absolument essentiel.

Ironiquement, même si nous nous éloignons des armes, nous aurons besoin de la bravoure et de la discipline des guerriers lorsque nous affronterons les puissances des combustibles fossiles. Avec une imagination inspirée et un courage d’acier, nous pouvons transformer le rôle et la nature de l’armée de l’intérieur et de l’extérieur afin qu’elle se concentre exclusivement sur le changement climatique.

En fin de compte, le ministère de la défense doit être transformé en un “ministère de la sécurité humaine” ou même en un “ministère du changement climatique”. Les dépenses en armes inutiles à des fins de profit doivent être éliminées selon un plan soigneusement organisé. La décision de savoir si ce plan sera réalisé par une transformation institutionnelle ou par la fermeture complète du système existant et un nouveau départ sera prise au cours du processus.

Les prévisions scientifiques sur l’évolution du changement climatique laissent penser que nous n’aurons plus d’argent pour les avions de chasse ou les porte-avions, ni même pour les autoroutes et les stades. Nous devrons consacrer la plupart de nos ressources à la survie du changement climatique.

Malheureusement, une révolution est en cours aux États-Unis, mais elle se produit aux mauvais endroits. Le gouvernement est en train de subir un changement révolutionnaire, car l’administration Trump dépouille les départements d’expertise, punit ceux qui ont le sens des responsabilités et privatise rapidement les fonctions, de sorte que le gouvernement ne sert qu’à accroître la richesse de l’élite et ne peut plus servir nos citoyens.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: