Qu’est-ce que la sécurité ?

Qu’est-ce que la sécurité ?

Emanuel Pastreich

Candidat indépendant

pour le poste de

Président des États-Unis

26 mai 2020

Que signifie exactement le mot “sécurité” ? La question est si simple qu’elle en devient écrasante. Et, aussi critique que soit la question, étant donné les milliards, les billions, de dollars que nous dépensons pour la sécurité, la plupart des experts en sécurité qui se pavanent dans de somptueux groupes de réflexion, ou qui nous pontifient du Pentagone, ou du Conseil national de sécurité, ou de divers programmes d’information, ne veulent pas parler de la véritable nature de la sécurité.

Une chose dont nous pouvons être sûrs, c’est que l’argent de vos impôts, et la dette nationale qui réduit votre capacité d’achat, financent le développement de nouvelles armes et de nouveaux satellites, et d’autres programmes militaires et de renseignement, dont vous n’avez jamais entendu parler, et qui ne sont pas soumis à un examen externe.

Beaucoup d’initiés avouent qu’ils ne savent même pas si toutes ces choses que nous dépensons notre argent est construit, voire déployé, car les programmes sont classifiés et intrinsèquement opaques. Le ministère de la défense refuse d’être audité. Les agences de renseignement sont également inaccessibles.

Nous savons une chose avec certitude. Nous accumulons une dette énorme pour vos enfants. Nous galopons vers une guerre mondiale. Nous creusons une tombe pour quelqu’un avec toutes ces dépenses pour la “sécurité”. Qui pourrait être ce quelqu’un ?

Des billions de dollars ont été dépensés pour la sécurité et pourtant nous nous sentons de moins en moins en sécurité.

Ces dépenses en matière de sécurité, combinées aux billions de dollars saupoudrés sur les banques d’investissement, ont ouvert les portes de l’enfer et versé de l’essence dans toute l’économie. Aujourd’hui, les psychopathes qui gèrent les portefeuilles des milliardaires arrivent avec des allumettes dans leurs mains.

La sécurité est souvent définie en termes militaires. Au cours des dix dernières années, même les soldats n’ont pas eu d’importance pour les maîtres de la sécurité. Ce sont plutôt des produits comme les avions de chasse, les satellites, les porte-avions – dont beaucoup ont une valeur douteuse – qui sont appréciés parce qu’ils génèrent de gros budgets pour les entreprises.

Pourquoi ces officiers militaires se rabattent-ils sur eux-mêmes pour approuver des armes dont ils savent qu’elles ne sont pas adaptées aux menaces à la sécurité ? Ils le font parce qu’ils savent que lorsqu’ils prendront leur retraite, ils seront employés par ces mêmes sociétés. Beaucoup ont rejoint l’armée au départ pour gagner de l’argent en faisant du conseil après leur retraite.

Cependant, beaucoup de ceux qui se soucient de la sécurité réelle ont été punis, voire bannis.

A un certain niveau, nous avons besoin d’hommes et de femmes en sécurité, mais souvent les jeunes sont nourris de contes de fées sur les menaces des nations maléfiques qui les aveuglent sur les véritables menaces de sécurité.

Ces contes n’ont aucun fondement scientifique, seulement la parole des lobbyistes pour les entrepreneurs de la défense.

Plus d’un trillion de dollars seront dépensés pour mettre à jour l’arsenal nucléaire américain, même si de nombreux experts pensent que nous serions plus sûrs si nous nous débarrassions tous ensemble des armes nucléaires – et nous avons accepté de le faire dans le cadre du traité de non-prolifération nucléaire.

Aujourd’hui, à la recherche du profit, le réseau complexe de traités limitant les armes qui a été soigneusement construit au cours des cinquante dernières années pour réduire le risque d’une course aux armements (et d’une guerre nucléaire) a été déchiré.

Les États-Unis fuient les traités mondiaux qui empêchent les guerres nucléaires et conventionnelles. L’annonce récente de notre retrait du traité “Ciel ouvert”, qui garantit la transparence dans le domaine militaire, n’en est que l’exemple le plus récent.

Et puis il y a eu l’annonce choquante de la possibilité de nouveaux essais nucléaires américains, la première annonce de ce genre depuis 1992.

En revanche, la capacité des États-Unis à traiter les conflits de manière productive et rationnelle a été paralysée par la réduction du budget du département d’État, le retrait d’experts de postes clés et la cessation de fonctions diplomatiques, même élémentaires, au cours des trois derniers mois.

Dans le même temps, les grandes entreprises nous obligent à dépendre de la production d’armes pour nous nourrir.

Elles ont travaillé insidieusement pour envoyer toute la production à l’étranger et pour automatiser l’agriculture et d’autres services aux États-Unis. Il n’y a plus d’emplois. Il n’y a plus d’emplois. Il n’y a plus de travail dans le secteur manufacturier que dans la fabrication d’armes. Ce programme nous oblige à soutenir l’industrie de l’armement afin de trouver du travail.

Et aujourd’hui, criblées de dettes, nos usines fermées, le seul outil dont dispose encore notre gouvernement en déliquescence pour stimuler l’économie est de planifier une guerre avec la Chine, l’Iran ou la Russie.

Ce n’est un secret pour personne que ces plans dangereux, catastrophiques, sont bien avancés et qu’ils pourraient facilement entraîner la fin de la civilisation humaine, même si ce n’était pas l’intention.

Le temps est venu de faire preuve de rationalité dans l’approche de la sécurité. Mais vous ne trouverez pas beaucoup de rationalité à Washington D.C.

Alors, quels sont les véritables enjeux de sécurité pour les États-Unis à mesure que nous nous rapprochons de la guerre et nos citoyens sont terriblement ignorants de l’imminence du désastre par les médias ?

Permettez-moi de vous présenter quelques menaces clés pour la sécurité :

1) Anti-intellectualisme

La plus grande menace pour la sécurité de notre nation est le cancer malin de l’anti-intellectualisme, l’abrutissement des Américains et le découragement de la pensée profonde qui est propagée par les médias délabrés. La mort de sources d’information fiables et indépendantes des intérêts financiers, le dépérissement des discussions communautaires locales sur des sujets critiques, ont ouvert la porte à la catastrophe.

La poursuite courageuse de la vérité est une nécessité pour toute politique de sécurité significative. Si nous ne pouvons pas nous concentrer plus de quelques minutes, si les journaux, les émissions de télévision et les médias sociaux ne présentent pas aux citoyens une analyse scientifique et détaillée des problèmes réels, et si nous ne sommes pas encouragés à jouer notre rôle de citoyens réfléchis, il ne peut y avoir de planification significative de la sécurité et nous dériverons vers une guerre mondiale dans l’ignorance totale.

2) Le changement climatique et l’empoisonnement de l’environnement

Les menaces militaires de la Chine, de la Russie, de l’Iran et de la Corée du Nord sont extrêmement improbables, mais la catastrophe du changement climatique qui laissera de larges pans de notre Terre inhabitables dans les dix à vingt prochaines années est garantie à 100%.

C’est exact : la menace la plus catastrophique pour la sécurité de l’histoire de l’humanité est constamment sous-estimée et ignorée dans les médias et les billions de dollars dépensés par l’armée et les services de renseignement n’ont pratiquement rien à voir avec la réponse à ce défi, mais contribuent plutôt à accroître le risque car l’armée américaine est l’un des plus grands pollueurs.

Des décennies de déréglementation ont enlevé au gouvernement le pouvoir d’exiger que l’industrie cesse d’empoisonner les citoyens. Mais l’étape finale consistant à nommer des lobbyistes pour l’industrie à des postes de haut niveau a transformé le gouvernement d’une masse impuissante en une bête agressive cherchant à nous imposer à tous les combustibles fossiles.

Toute évaluation objective de la menace posée par le changement climatique au cours des 30 prochaines années révèle que le danger est si grand et que le coût de l’adaptation au changement climatique et de son atténuation est si énorme que nous n’avons pas d’autre choix que de signer des accords avec tous les pays en vue de réduire considérablement les armes conventionnelles et d’éliminer les armes nucléaires, afin que nous puissions concentrer toutes les ressources sur la transformation complète de notre économie en une économie 100 % renouvelable.

Si l’armée, les services de renseignement et d’autres éléments du système de “sécurité” existant peuvent être fondamentalement transformés pour atteindre cet objectif, qui est de nous débarrasser des armes obsolètes et dangereuses et de concentrer nos efforts sur l’élimination totale des combustibles fossiles et la transformation de l’économie de la Terre en quelques années, ils peuvent alors jouer un rôle. Dans le cas contraire, il faut les arrêter.

Aucun char, aucun système de défense antimissile, aucun satellite de renseignement ne peut faire quoi que ce soit pour arrêter la progression des déserts, le réchauffement et l’acidification des océans et la destruction de l’agriculture par le réchauffement climatique. Ce sera une lutte de vie ou de mort. Le coût des denrées alimentaires augmentera de manière exponentielle et la plupart des pays du monde auront du mal à se nourrir. Tout cela se produira alors qu’une poignée de milliardaires accumulera des ressources.

Nous n’avons aucun plan à long terme pour répondre à l’effondrement de notre système d’approvisionnement alimentaire ou à la montée du niveau des mers. Beaucoup d’Américains ne sont même pas au courant de ces menaces. L’administration actuelle est devenue un instrument des intérêts des combustibles fossiles. Elle ne peut pas faire de politique significative et elle essaie d’écraser le débat scientifique.

3) La disparité des richesses

Notre incapacité à lutter contre les menaces à la sécurité est en partie due à la concentration sans précédent des richesses, qui s’est accélérée au cours des trente dernières années et a atteint un niveau extrême au cours des six derniers mois. Le gouvernement et l’armée ont été réduits à un jeu pour une poignée de super-riches.

La destruction des entreprises familiales, la baisse de la qualité des emplois offerts aux jeunes et le pouvoir des banques d’investissement et autres sociétés spéculatives d’organismes financiers sur la planification économique est en train de transformer notre société.

De tels intérêts ne se soucient pas de la vie des citoyens et ils profitent de la création d’une insécurité. Les riches préfèrent commander 100 autres chasseurs à réaction F 35 d’une valeur discutable à 120 millions de dollars chacun plutôt que d’aider les citoyens à obtenir l’éducation de base nécessaire pour comprendre les défis de sécurité auxquels nous sommes confrontés.

Tant que nous n’aurons pas récupéré les billions de dollars que les super-riches ont volés et créé un gouvernement responsable axé sur les intérêts à long terme de la population, il ne pourra y avoir de politique de sécurité.

4) L’émergence de nouvelles armes

Bien que la menace la plus importante pour notre pays soit le changement climatique, nous devons également reconnaître qu’une réponse est nécessaire à la course aux armements qui s’emballe dans le monde entier et à l’émergence de nouvelles armes qui changent la donne.

Le rythme exponentiel de l’évolution technologique signifie que les armes qui peuvent tuer des dizaines de milliers de personnes, voire plus, deviennent moins chères et donc accessibles à de petits groupes, voire à des individus. La réponse à cette menace sans précédent nécessitera la collaboration et la confiance entre les organisations responsables dans le monde entier. Cependant, la plupart des organisations internationales ont été détournées par les riches et les puissants et elles ne servent plus leur objectif initial.

Qui contrôle les technologies émergentes, comment elles sont appliquées et comment elles sont réglementées, telle sera la question décisive pour les États-Unis, et pour l’humanité. Aujourd’hui, il n’y a effectivement aucune réglementation du tout. Mais cette crise ne peut être résolue que par des accords mondiaux et des traités contraignants.

La menace des nouvelles technologies n’a pas grand-chose à voir avec les États nations et les fabricants et promoteurs de ces armes dangereuses n’ont d’autre loyauté que celle du profit. Examinons quelques-unes de ces nouvelles technologies :

Drones et robots

Les drones et les robots tueurs sont un domaine technologique en plein développement, promu par des entreprises à la recherche de profits rapides. La dystomie du meurtre par des machines incontrôlables a déjà commencé dans les pays pauvres. Si nous n’avons pas de traités contraignants, ces machines seront importées aux États-Unis avec toute leur force, non pas par des étrangers, mais par des initiés.

Les robots et les drones volants deviennent de plus en plus sophistiqués, plus agiles, plus petits et capables de tuer sans pitié, ni responsabilité, à grande échelle.

À l’avenir, les drones formeront des essaims de 10 000 individus ou plus, chacun contenant des armes différentes, et beaucoup d’entre eux seront si petits qu’ils seront presque invisibles. Ils détruiront tout sur leur passage. Les avions de chasse et les porte-avions actuels seront un hommage pittoresque à un concept de sécurité dépassé.

Des machines à tuer autonomes pourront fonctionner sans qu’un humain ne soit impliqué. Elles doivent faire l’objet de traités internationaux rigoureusement appliqués. Nous devons d’abord créer des gouvernements responsables, capables de prendre les mesures nécessaires.

La cyberguerre et les médias de propagande

La cyberguerre est utilisée à grande échelle aujourd’hui. Des informations trompeuses nous sont transmises dans l’intention de créer la confusion et la division, et de promouvoir des solutions militaires dangereuses à des problèmes complexes. En outre, la cyberguerre future permettra à quelques-uns de s’emparer d’armes dans le monde entier qui ont été stupidement conçues pour être contrôlées électroniquement.

Les hypothèses de base sur les conflits d’État à État qui sous-tendaient la politique de sécurité nationale ne sont plus valables. Mais le modèle de conflit entre grandes puissances est d’autant plus promu par les médias.

Il existe également d’autres technologies émergentes comme l’impression 3D dont les applications militaires sont encore mal comprises, mais qui peuvent devenir des menaces qui changent la donne et qui doivent être soigneusement étudiées.

Que faire ?

Nos citoyens ont droit à une politique de sécurité fondée sur la recherche de la vérité et guidée par un engagement éthique. Les profits tirés de la vente de systèmes d’armes n’ont pas leur place dans la discussion.

La question de savoir comment nous allons transformer l’armée gaspilleuse et dangereuse en une force qui protège l’environnement et qui répond aux véritables préoccupations de sécurité est notre plus grand défi.

Je ne vais pas prétendre que je connais la bonne réponse. Mon propos dans ce discours est d’identifier les contours du problème et d’appeler tous les citoyens, ainsi que tous les membres des forces armées et des services de renseignement, à avoir le courage de défendre nos véritables intérêts, de s’opposer au militarisme et de refuser les pots-de-vin et les menaces, directes et indirectes, utilisées pour nous pousser sur la voie de la catastrophe.

Nous n’avons pas à susciter des problèmes avec d’autres nations comme la Chine, la Russie, l’Iran ou le Venezuela. Nous sommes confrontés à des menaces globales écrasantes qui exigent, de par leur nature même, une coopération mondiale.

Unissons-nous, avec des citoyens réfléchis du monde entier, pour réécrire les règles de sécurité et pour promouvoir des personnes réfléchies, courageuses et sages qui peuvent transformer l’apocalypse à laquelle nous sommes confrontés en une occasion de transformation institutionnelle fondamentale par le biais d’une alchimie éthique.

Beaucoup m’ont reproché un idéalisme irréaliste, une vision trop optimiste de la sécurité et des relations internationales. Je réponds que j’ai étudié l’histoire et que j’ai de l’expérience dans le domaine de la diplomatie. Je pense qu’un tel rejet des valeurs et de la vision ne sert qu’à rendre notre monde plus dangereux.

Et cet argument cynique est essentiellement faux. Assez d’effrayer les gens avec des croque-mitaines, de les terrifier avec des images macabres. Inspirons-les plutôt à faire de grandes choses et encourageons-les à défendre la sécurité dans le vrai sens du terme dont on abuse tant.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: